Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Djoliba A.C : Les anciens joueurs dénoncent la mauvaise gouvernance au sein du Club

vendredi 31 mars 2017

Les anciens joueurs du Djoliba Athlétique Club de Bamako ont organisé, le jeudi 30 mars 2017, au Carrefour des Jeunes de Bamako, une conférence de presse pour édifier la population du Djoliba AC sur la mauvaise gouvernance du club. Deux points étaient à l’ordre du jour : L’impossibilité des anciens joueurs du Djoliba d’aller s’entrainer sur le terrain et la tenue de l’assemblée générale. Cette conférence de presse a enregistré la présence de plusieurs anciens joueurs du Djoliba AC, dont M.Koreichi Camara, Soumaila Traoré dit Soumailaba, Kassim Touré, Sekou Berthé, Dédé Tamboura et …

Selon les anciens joueurs, le Djoliba est dirigé aujourd’hui par la corruption et le mensonge. Ils ont été agressés par certains supporteurs du Djoliba munis de machettes pour les empêcher d’accéder au terrain de Djoliba le 16 mars 2017, le jour de leur match retour contre l’équipe de LCBA. A en croire Koureichi Camara, ancien joueur, une plainte a été déposée au tribunal de la Commune V du district de Bamako. « Nous avons été empêchés de rentrer dans la salle le jour de l’AG du Djoliba par certains dirigeants corrompus », ont-ils martelé.

En tant qu’anciens joueurs du Djoliba, précise M.Koreichi Camara, nous ne pouvons pas digérer de tels actes… « Nous sommes dans un pays démocratique même si nous soutenons une autre personne que le président sortant, ce n’est pas une raison de nous mettre à la porte. De toute façon, nous sommes les fils du Djoliba depuis notre naissance, nous resterons et nous mourrons djolibistes » a-t-il précisé.

De son côté, M. Kassim Touré a déclaré que sur plus de 116 comités sur le plan national seulement 16 ont participés à l’A.G. Plus loin, il dira que le président du Djoliba n’est pas un président légitime pour la simple raison que ce sont 16 comités seulement l’ont élu président, ce qui signifie que quelque chose ne va pas. Une question a été posée : s’ils reconnaissent le nouveau bureau ?. Ils ont dit qu’ils ne reconnaissent aucun bureau à l’heure actuel. « Nous ne reconnaissons pas le nouveau bureau issu de l’AG. Au lieu de dépenser 23 millions dans des futilités, autant régler les problèmes surtout que les entraineurs peuvent faire 6 mois sans être payés », a-t-il affirmé.

Les anciens joueurs du Djoliba se disent être des pacifistes, et rassurent que toutes leurs revendications sont légales et ne visent que la bonne santé du Club en question.

En conclusion, ils ont demandé pacifiquement à Tidiani Niambélé, président du Djoliba A.C de tenir compte de leur condition précaire, afin de donner une bouffée d’oxygène au fonctionnement de Djoliba AC.

Lamine Kané

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en