| |

Diplomatie culturelle : la communauté Béninoise se dote d’un centre culturel au Mali

samedi 11 janvier 2020

Le vendredi 10 janvier 2020, s’est déroulée la cérémonie d’inauguration de la Maison culturelle du Bénin au Mali. Elle a été couplée avec la première édition de la fête des Religions endogènes du Bénin au Mali « fête Vaudoun ». L’évènement s’inscrit dans le cadre de renforcement des liens sociaux entre le Mali et Bénin.

Pour l’occasion, l’on a pu noter la présence de Jonathan Attiogbé, délégué général du Haut conseil des Béninois, de Djara Sanogo, représentante du ministre de la Culture, du représentant du ministre des affaires étrangères du Mali et la communauté béninoise au Mali.

Olga Ahouanou Savée, Consul Honoraire du Bénin, a souligné que leur objectif est de faire de cette Maison culturelle une vitrine et un pôle de diffusion du patrimoine culturel du Bénin. Selon elle, cette Maison sera un lieu convivial et chaleureux où partager un bon repas. Elle servira, en complément du consulat, de point d’information sur les opportunités d’investissement au Bénin. Ensuite, elle abritera des boutiques où seront proposés des articles de décoration, de compétences béninoises présentes au Mali. Elle accueillera également, de manière temporaire, les Béninois fraichement arrivés à Bamako.

De son coté, Djara Sanogo, représentante du ministre de la Culture, a estimé que cet espace dédié à la promotion du patrimoine culturel et historique du Bénin se révélera à ses visiteurs par les arts traditionnels et contemporains, sa gastronomie, ses innovations. En même temps il sera, entre autres, un lieu d’échanges, de partage et de loisirs pour les personnes de tous âges qui ont un penchant pour la culture. Il s’agit bien du premier véritable Centre Culturel d’un pays étranger africain à Bamako.

La représentante du ministre de la Culture a rassuré de l’appui du Gouvernement du Mali à travers son département pour contribuer à développer la Maison culturelle du Bénin et la promouvoir dans la ville de Bamako.

« Le Benin, comme la plupart des Etats Africains, a ses cultures et coutumes. Bien que d’obédience majoritairement chrétienne et musulmane, le pays célèbre le culte Vaudoun qui est partie intégrante encore aujourd’hui des mœurs béninoises et compte aujourd’hui environ 50 millions d’adeptes à travers le monde », a déclaré Jonathan Attiogbé, délégué général du Haut conseil des Béninois. Avant d’expliquer que le terme « Vaudoun » signifie « ce que l’on peut élucider ». Selon lui, ce culte est purement traditionnel et basé sur la tolérance et la puissance de la nature. Tout en indiquant que le panthéon Vaudoun compte environ 200 entités et parmi les plus célèbres divinités, on y retrouve « Mawu » le créateur suprême, ou encore Sakpata, dieu de la guérison et de la variole.

Le délégué général du Haut conseil des Béninois, a rappelé, que chaque 10 janvier, un festival est donné pour célébrer ces divinités. D’après lui, pour l’occasion, des milliers de pèlerins venus en masse de Cuba, du Brésil, des Antilles ou des Etats-Unis, se réclamant fièrement originaires du Bénin. Ceux-ci se joignent aux derniers descendants d’esclaves béninois dans la ville de Ouidah, un des principaux carrefours de la traite des esclaves et considérée comme le foyer du culte Vaudoun.

Pour Mahamadou Kaou Touré, Maire de la commune II, ce fut un moment important pour sa commune. Car en cette occasion, le Consulat du Bénin a fait don de poubelles à ses voisins. Selon lui, ils y ont investi leur temps, leur énergie et leurs et leurs ressources, apportant ainsi leur prière à l’édifice de notre réussite. Le Maire se dit fier de voir ce projet émerger dans sa commune qui sans doute, renforcera l’attractivité du quartier.

A ses dires, l’organisation de cette cérémonie sur le territoire du Mali, s’inscrit dans la logique d’une réflexion stimulante sur les possibilités de renforcement des liens sociaux et culturels entre le Bénin et le Mali. Elle exprime également la volonté commune des autorités de ces deux pays, de renforcer l’intégration africaine pour les générations futures en se fondant sur la connaissance de nos traditions.

Il faut noter que ce moment a été riche en tradition. Aussi, une occasion pour l’ensemble des Béninois de célébrer avec fierté leur identité et de faire connaitre leur culture, leurs coutumes au-delà de nos frontières. Les temps fort ont été la libation, les animations des Savalois, les animations Egungun et la visite de l’exposition des masques Gélédé.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav