Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Dégradation de l’environnement et la santé humaine : Une association malienne denonce « KIM Plastic »

mercredi 6 mars 2019

Dans le but d’informer l’opinion nationale et internationale sur une pratique dangereuse qui se passe dans notre capital, Tidiane Sangaré, président de l’Association des Volontaires pour la Promotion d’un Environnement Sain et la Lutte Contre les Effets du Dérèglement Climatique, a animé le mardi 5 mars 2019 une conférence de presse. C’était au siège de la dite ladite association sise à Torokoro.

« Nous avons été surpris de voir une société du nom de KIM plastic, qui mène des activités de transformation des déchets plastiques dans la zone de Sotuba juste à côté du stade d’entrainement », a fait savoir Tidiane Sangaré. Selon lui cette société Coréenne, à travers ses activités cause des dégâts énormes dans l’environnement, en exposant la population de ladite localité à des risques très graves. Pour cela, il a attiré l’attention des autorités pour prendre les mesures urgentes pour sauver des vies. Il a regretté le fait que cette pratique continue même après la visite du ministre de l’environnement sur le terrain.

Dans la même dynamique, il a déclaré que cette société ne se trouve pas dans une zone industrielle. Vu la pollution qu’elle déverse dans l’environnement, cela doit être une cause primordiale pour la DNACPN de prendre des mesures pour la fermeture de cette unité.

Pour montrer une fois de plus les risques auxquels les habitants de cette localité font face, il dira que, cette unité qui utilise des procédés comme le moulage par injection, extrusion ou soufflage, peut provoquer des problèmes de santé publique voir environnementaux, soit par contacte cutané, par la voie respiratoire par inhalation de poussière ou libération de produits volatils toxiques, qui sont produits par l’élévation de la température mise en œuvre dans le procédé de fabrication.

« Notre principal souci ce sont les enfants qui jouent au foot à côté de l’usine », a-t-il regretté. En dénonçant qu’une grande partie de ces déchets proviennent de deux pays voisins à savoir : le Burkina Faso et la Guinée Conakry. « Nous ne sommes pas d’accord que notre pays soit la poubelle des autres pays », a-t-il martelé.

A ces dires, cette conférence est le début de la lutte, car il y aura des rencontres avec les responsables concernés. Aussi, « nous allons démarcher les ambassades, celui de la Corée en particulier. Ce combat sera porté au niveau des tribunaux dans les jours à venir. C’est un combat noble, s’agissant de sauver des vies », a-t-il lancé avant de conclure.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.