Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Décès de 48 migrants maliens : L’AME invite l’Union Européenne à revoir sa politique migratoire

mardi 16 janvier 2018

« 48 migrants maliens ont péri dans la méditerranée en tentant de se rendre en Europe considérée comme un eldorado, mais les migrants maliens fuient surtout la misère et le chômage », a indiqué L’Association Malienne des expulsés (AME) dans une déclaration publiée le 11 janvier 2018, suite au naufrage survenu le dimanche 7 janvier 2018 dans la méditerranée. Lisez l’intégralité de la déclaration de Ousmane Diarra, Président de l’AME !

DECLARATION SUR LA TRAGEDIE DES MIGRANTS MALIENS EN LIBYE

Le naufrage survenu le dimanche 07 janvier 2018 a été un événement tragique dont le Mali se souviendra longtemps.

En effet 48 migrants maliens ont péri dans la méditerranée en tentant de se rendre en Europe considérée comme un eldorado, mais les migrants maliens fuient surtout la misère et le chômage.

Depuis plusieurs années, la situation difficile des migrants en Libye a été dénoncée par les organisations de défense des droits de l’homme dont l’AME et Amnesty International qui avait même pointé du doigt la responsabilité de l’Europe dans la pratique actuelle de l’esclavage en Libye. Malgré ces dénonciations, la plupart des Etats africains sont restés passifs devant les violations répétées des droits dans ce pays. Quant aux Etats européens, ils ont mis en place des politiques migratoires inadaptées et inefficaces pour faire face à ce qu’ils ont appelé ’’crise migratoire’’.

C’est dans ce contexte que ces événements tragiques ont encore frappé notre pays qui souffre de beaucoup d’autres problèmes comme la sécurité, le manque d’emploi des jeunes l’accaparement des terres cultivables entre autres.

L’AME :

1. exprime sa compassion et partage la douleur des familles éplorées de ce naufrage ;
2. félicite le gouvernement malien pour la diligence dans la gestion de cette tragédie ;
3. exhorte toutefois le gouvernement malien à redoubler d’efforts en vue de la prise de mesures efficaces visant la protection de nos compatriotes migrants et la création d’emplois pour les jeunes ;
4. invite l’Union Européenne à revoir sa politique migratoire que nous considérons comme sélectives et ne prend pas en compte tous les aspects du phénomène migratoire ;
5. interpelle la communauté internationale sur les situations tragiques des migrants africains depuis quelques années en Libye afin que des mesures plus protectrices soient prises et que les responsables de ces abus soient traduits devant des tribunaux.

Bamako, le 11 janvier 2018

Le Président
Ousmane DIARRA

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques