Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Crise du football malien : Pourquoi Housseny Amion Guindo s’est rendu au siège de la Fifa

dimanche 6 novembre 2016

Le samedi 5 novembre 2016 sur le plateau du journal télévisé de l’ORTM de 20 heures, le ministre des Sports, Housseini Amion Guindo est revenu sur son voyage récent à Zürich, au siège de la Fédération internationale de football (FIFA) et à Lausanne (siège du Tas) en Suisse dans le cadre de la crise du football malien qui dure depuis deux ans. Selon lui, la démarche consistait à l’Etat de jouer pleinement son rôle après la Sentence du tribunal arbitral du sport (Tas) tombée le 4 octobre dernier afin de sauver l’intérêt du football malien pour qu’il ne soit pas suspendu par la plus haute juridiction du sport.

Selon lui, il y a eu notamment le 4 octobre une décision, une Sentence du Tas qui légitime désormais l’opposition au sein de la fédération. « Désormais nous avons deux parties. En tant que ministre des Sports, je ne pouvais pas rester là et voir compromettre les chances des jeunes maliens, les chances du Mali. Parce que tout simplement, je tiens à le rappeler, le sport appartient au peuple parce qu’il est financé par l’argent du peuple. Donc, il fallait au nom de ce peuple, par la légitimité offerte au Président de la République qui m’a désigné de me rendre à Zürich, me rendre à Lausanne au siège du Tas et aussi entreprendre les démarches pour sécuriser les intérêts du Mali dont l’intérêt général » a-t-il raconté.

A l’issue de sa rencontre avec la secrétaire générale de la Fifa, Fatma Samoura et son équipe, Housseini A. Guindo s’est dit sceptique par rapport à une résolution à l’amiable.

« En présence du Président de la Femafoot, la Fifa a demandé au gouvernement de s’impliquer pour que les différents acteurs puissent s’entendre sur le principe d’une Assemblée extraordinaire et qu’ils s’accordent sur les délégués devant prendre part à cette A. G. », a-t-il expliqué. Il a précisé que la Fifa a recommandé au Comité exécutif de communiquer au département des Sports la liste des délégués tel qu’il préconise. Selon le ministre, ils ont demandé au comité exécutif une fois rentré au pays de faire en sorte qu’il communique au département des Sports la liste des délégués tels que eux il le préconise et aussi demandé au ministre des Sports de s’impliquer auprès de l’opposition pour que l’opposition accepte le principe d’une AG extraordinaire.

« Dans le cadre d’un compromis, nous devons demander à l’opposition d’accepter le principe de l’AG extraordinaire. Je dois rendre compte très vite dès la semaine prochaine à la Fifa. Après tous ce que j’entends lors des conférences de presse, je suis pour l’instant sceptique à une entente à l’amiable pour sortir de cette crise », a indiqué le ministre Guindo.

Housseini A Guindo en appel aux responsables à mettre l’intérêt national devant et à laisser de côté leur problème d’ego, faute de quoi l’Etat prendra toutes ses responsabilités.

L’occasion était opportune pour le patron des Sports de rappeler que sa démarche vise essentiellement à tout mettre en œuvre pour que le pays ne subisse pas les contres coups de la divergence entre les acteurs du football. A l’en croire, cela a été fait, car à la Fifa comme au Tas, sa démarche a été soutenue. Et de préciser : « Il y a d’ailleurs un procureur qui s’est constitué pour le Mali afin que le pays ne soit pas victime d’une quelconque sanction ».

« J’ai dit à la Fifa que c’est à elle de gérer ce problème. L’organe d’exécution d’une sentence du Tribunal arbitral du sport est la Fifa et cela est dit dans les statuts. Si la Fifa ne parvenait pas à gérer ce problème, l’État du Mali prendra toutes ses responsabilités. Nous n’allons jamais laisser notre instrument de communion qui est le football se transformer en ring ou en élément de déstabilisation du pays », a-t-il rassuré.

Avant de rappeler qu’aucune instance, à ce niveau, ne sera au-dessus de la stabilité du Mali. Il a invité les acteurs à la retenue et à dépasser les questions d’ego. « Qu’ils comprennent que les jeunes engagés sur les différents fronts sont des enfants de tous les Maliens. Nous ferons en sorte que l’intérêt général ne soit pas compromis par des intérêts personnels », a-t-il renchéri.

Lamine Kané

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !