Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Conflits intercommunautaires au Mali : SADI invite les maliens à une marche de protestation le 30 juin 2018

vendredi 29 juin 2018

« Le Bureau Politique du Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’indépendance ( SADI) invite tous les militants et militantes du parti des six Communes du District de Bamako et du Cercle de Kati, les démocrates maliens, les partis politiques, les organisations de femmes, de jeunes, les acteurs citoyens, les leaders traditionnels, à participer massivement à la grande marche pacifique de protestation du samedi 30 juin 2018 à Bamako, à l’appel de nombreuses organisations, associations et partis politiques, pour protester énergiquement contre les exécutions extra-judiciaires dans les régions du Nord et du Centre du Mali, l’instrumentalisation des milices privées, des conflits inter-communautaires, l’ampleur des massacres et des charniers », indique un communiqué signé par l’Honorable Amadou Araba Doumbia, Secrétaire à la Communication du Bureau Politique du parti SADI. Lisez !

Communiqué de presse

Le Bureau Politique du Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’indépendance ( SADI) invite tous les militants et militantes du parti des six Communes du District de Bamako et du Cercle de Kati, les démocrates maliens, les partis politiques, les organisations de femmes, de jeunes, les acteurs citoyens, les leaders traditionnels, à participer massivement à la grande marche pacifique de protestation du samedi 30 juin 2018 à Bamako, à l’appel de nombreuses organisations, associations et partis politiques, pour protester énergiquement contre les exécutions extra-judiciaires dans les régions du Nord et du Centre du Mali, l’instrumentalisation des milices privées, des conflits inter-communautaires, l’ampleur des massacres et des charniers.

Également, la marche pacifique est une action de solidarité et de soutien à toutes les communautés du Mali victimes de stigmatisation. Elle vise à dénoncer l’Etat pour son incapacité notoire à sécuriser les territoires du Nord et du Centre du Mali, à garantir la paix et la sécurité pour toutes les populations ainsi que leurs biens et à extirper les démons de la haine et de la violence qui menacent l’unité nationale et le vivre ensemble.

La marche prendra le départ à la place du cinquantenaire en face de l’ENSUP près du fleuve Niger.

Heure de rassemblement : 08H30 du matin

Ensemble, nous disons :

• Non à l’instrumentalisation des milices ethniques !
• Non à l’impunité pour les auteurs de massacres !
• Ante Tla, Ante Fara !
• Un peuple, Un But, Une Foi....

Le Bureau Politique
Le Secrétaire à la Communication
Honorable Amadou Araba Doumbia

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en