Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Commémoration de la journée du 26 mars : Le ministère de la culture interroge les groupes de pression au Mali

mercredi 27 mars 2019

« Groupe de pression au Mali : Typologie, organisation, fonctionnement, financement et bilan », tel est le thème qui était inscrit le 26 mars 2019, au centre d’un forum organisé par le Ministère de la culture, à travers la Direction de la Pyramide du souvenir.

Pour commémorer la Journée des Martyrs du 26 mars 2019, le ministère de la culture a organisé un colloque. « Vingt-huit ans après mars 1991 donc, il nous appartient de nous souvenir comme si c’était hier, du sacrifice de nos Martyrs, pour que demain, nos enfants « ne soient pas infirmes de leur passé » et pour qu’ils y puisent l’énergie, la patience et la volonté que requirent l’édification du Mali de demain », a indiqué Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la culture. Avant d’ajouter que cette année, le colloque du 26 mars se propose de mener la réflexion sur le thème : « les groupes de pression au Mali : leur organisation et mode de fonctionnement ». Madame le ministre a estimé que le choix de ce thème est d’autant plus pertinent que ces organisations continuent à jouer un rôle de veille citoyenne sur la démocratie et l’Etat de droit dans notre pays. « La Pyramide du Souvenir reçoit en ce jour de recueillement et de méditation des hommes et des femmes, des jeunes et des moins jeunes, acteurs d’hier et d’aujourd’hui pour s’écouter, échanger et comprendre l’importance du rôle joué par toutes ces organisations dans la consolidation de nos acquis démocratiques », a-t-elle ajouté.

Mais avant, Madame le ministre avait indiqué qu’ « en ce jour de commémoration et d’hommage aux Martyrs de la révolution de mars 1991, notre devoir de mémoire et de reconnaissance se conjugue certes au passé, envers les filles et les fils qui ont donné leur vie à la Patrie, pour que triomphe un idéal de liberté, de démocratie et de progrès ; mais il se conjugue, hélas, au présent aussi, envers toutes les femmes, et tous les hommes qui ont, au cours des dernières semaines, payé de leurs vies innocentes un ultime tribut à la marche inexorable de notre peuple vers la paix ». Elle a ensuite demandé une minute de méditation et de pensée pour tous les martyrs.

Madame le ministre a estimé que le colloque, qui s’inscrit dans une logique scientifique de commémoration de la semaine des martyrs, ambitionne de mobiliser l’intelligence collective pour cartographier, décrypter et mieux comprendre la dynamique des groupes de pressions au Mali. « A cette occasion et comme par les années passées, la Pyramide du Souvenir a fait appel à d’éminentes personnalités pour éclairer de leur expertise et de leurs vécus, la marche de notre nation et notre passé récent », a-t-elle révélé.

Effectivement, après une notre introductive au Colloque lu par le Pr Famagan Oulé Konaté, l’ancien ministre Adama Samassékou est intervenu en sa qualité de Modérateur. Immédiatement, après le Pr Abdou Diallo est intervenu pour entretenir l’auditoire sur le rôle de la société civile. Il a été suivi par le Pr Boureima kassaye qui a traité du thème en relation avec le syndicalisme étudiant et violence en Afrique de l’Ouest.

Ensuite, Almamy Ibrahim Koreissi, Chef de Cabinet du ministre de la culture, en sa qualité de 2ème modérateur, a introduit Adama Traoré de Acte 7, pour qu’il entretienne l’auditoire sur la réussite paradoxale de l’acteur culturel malien. Il a été suivi par le Pr Birama Diakon qui a abordé la thématique relative à l’engagement de la société civile religieuse dans l’espace public. Quant à Youba Bathily, consultant culturel, il est intervenu sur le sujet qui porte sur « Le Réseau Kya comme groupe de pression au Mali ».

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.