Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Comité de Normalisation : Mme Dao Fatoumata Guindo pour sauver le football Malien

jeudi 11 janvier 2018

Madame Dao Fatoumata Guindo a été désignée le 10 janvier 2018 à l’Hôtel Radisson Blu, au poste de présidente du Comité de normalisation du football malien. Cette désignation a eu lieu en présence de Vérone Mosingo et Mme Seckbé, émissaires de la FIFA et de Jack El Hadje Wack Dipo, émissaire de la CAF.

La recréation est terminée du côté de la FEMAFOOT. En absence d’un président pour diriger le football malien, à cause d’une crise qui perdure, la FIFA et la CAF, viennent de désigner Mme Dao Fatoumata Dao, présidente du CONOR.

L’ancienne ministre chargé des Relations avec les Institutions, porte-parole du gouvernement sous le régime d’Amadou Toumani Touré (ATT), du 3 octobre 2007 au 6 avril 2011, a été désignée à la tête d’un bureau de 5 membres, tous des cadres chevronnés, chacun dans son domaine. Le CONOR installé par la Fifa et la Caf va gérer les affaires du football malien en lieu et place du comité exécutif de la FEMAFOOT qui n’est pas encore mis en place à cause d’une crise qui perdure.

« Sentiment de fierté et sentiment de reconnaissance vis-à-vis de la Fifa pour la confiance portée à ma modeste personne afin de pouvoir relever ces défis avec une équipe que j’espère pouvoir compter sur l’accompagnement et le soutien de tout le peuple malien pour le bonheur du football malien », s’est-t-elle réjoui.

Le CONOR devra, dès sa mise en place, réviser, si nécessaire les statuts et les règlements de la femafoot et les statuts des ligues régionales et assurer leurs conformités avec les statuts et exigences de la Fifa. Il procédera à l’audit financier de l’instance avant d’assainir la cour du football malien. Il préparera et organisera l’élection à la présidence le 30 avril 2018. En mission pour trois mois et vingt-un jours, la présidente du CONOR et son bureau auront des linges salles à laver pour le bonheur des passionnés du football au Mali.

Il faut signaler que le nom de Me Mamadou Gaoussou Diarra, ancien ministre de la Jeunesse et des sports étaient sur toutes les lèvres pour diriger le CONOR. Mais finalement, il occupe le poste de 1er vice-président. Le nom des autres membres du CONOR sont : Mahamadou SAMAKE, ancien président du Stade Malien de Bamako, Youssouf Diallo et Losseni Bengaly.

Lamine Kané

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques