Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Coalition « Publiez ce que vous payez » : La cellule malienne demande la libération des acteurs de la société civile arrêtés au Niger

mercredi 18 juillet 2018

Le 18 juillet 2018, au cours d’un point de presse la cellule Mali de la coalition internationale « Publiez ce que vous payez (PCQVP) » est sortie de son silence et réclame la libération de leurs collègues du Niger. Ce sont 23 dirigeants de la société civile qui ont été arrêtés le 25 mars 2018, pour avoir participé à marche pacifique non autorisée, contre l’adoption de la nouvelle loi de finances du Niger. Et, à Bamako, des leaders de la société civile, notamment de la Coalition internationale « Publiez ce que vous payez », ont décidé de donner de la voix.

« Nous vous interpellons et vous demandons de faire libérer sans délais et sans conditions M. Ali IDIRISSA, M. Moussa TCHANGARI, M. Idrissa MAMA et tous les autres acteurs de la société civile détenus dans le cadre de la marche pacifique contre la loi de finance 2018 et à faire respecter la liberté d’expression et d’association au Niger », est la substance d’une lettre ouverte adressée au président de la république nigérienne, signé par Abdoul Wahab DIAKITE, président de PCQVP-Mali, section malienne, de la coalition mondiale, qui regroupant 16 organisations de la société civile.

Et, pour ventiler cette lettre ouverte, un point de presse à été organisé au quartier Badjalan de Bamako, dans l’enceinte de l’ancien cinéma ABC. Au cours de ce point de presse, Tiémoko Souleymane Sangaré, secrétaire général de PCQVP-Mali, n’est pas passé par quatre chemins pour demander la libération des acteurs et responsables de la société civile du Niger, arrêtés depuis le 25 mars 2018, pour avoir participé à une marche pacifique, non autorisée, selon les autorités nigériennes.

Tiémoko Souleymane Sangaré est parmi ceux qui ont eux la chance et le privilège de rendre visite aux responsables de la société civile du Niger, arrêtés. Il a pu témoigner devant ses autres camarades de la santé physique des prisonniers et de la qualité de leur moral. Mais, qu’à cela ne tienne, il a invité les autorités nigériennes à tout mettre en œuvre pour la libération rapide de tous ces prisonniers, qui en réalité sont des acteurs de la société civile du Niger.

Mohemed T. Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de