• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Cité des Rails : Kayes, une ville touristique

    mercredi 18 avril 2018 , par Assane Koné

    Le programme de la deuxième journée de la 8ème édition du festival international des Rails de Kayes (FIRKA) a débuté par une visité touristique dans la localité de Kayes Médine, notamment la visite du Fort de Médine, situé dans la commune rurale de Hawa Dembaya. C’est une grande page de l’histoire du Mali et de l’époque coloniale, qui a été présentée aux festivaliers. Cette visite a été guidée par Abdoulaye Sissoko, natif de Médine.

    Au cours de cette visite touristique qui a été le clou de l’évènement, l’on est allé à l’école de Abdoulaye Sissoko, guide touristique, pour revivre l’historique de la Cité des Rails.

    En donnant des détails sur cette histoire, le guide a rappelé que Médine fut fonder vers 1810-1826 par le roi Khassonké Hawa Demba Diallo, baptisé par le marabout maure du nom de Cheick Sidiya Ouled El Kebir Haidara en souvenir Dal Médina (la ville sainte d’Arabie saoudite). Par sa position sur le fleuve Sénégal, il devient un centre commercial très florissant avec l’essor du commerce trans atlantique au 19ème siècle. Selon lui, Médine est rapidement devenu le rendez-vous des traitants qui achetèrent la gomme aux maures, l’or du Bambouk, le sel du nord, les céréales des pays voisins, l’ivoire, et les esclaves etc.

    Il a aussi parlé de la construction du Fort de Médine, première capitale des Peulhs. Il dira que le Fort est le premier dispositif militaire français construit en 1855 sur ordre du général Louis Faidherbe, après la signature d’un traité avec le roi Khassonké. D’après l’histoire, le Fort a été construit pour protéger les intérêts commerciaux français, le Dembaya et la conquête du soudan français.

    Du 20 avril 1856, le chef de la confrérie Tidjaniya mettra un siège devant Médine et le fort pendant 3 mois du 20 avril au 18 juillet. Selon lui, il a fallu l’intervention du général Faidherbe qui quitta Saint Louis au Sénégal avec un renfort de 500 hommes pour venir secourir le fort de Médine. Le Fort était dirigé par le commandant Paul Holle qui avait pour mission d’assurer la police dans le haut fleuve.

    L’apogée de Médine

    Pour encore revivre l’histoire, le guide a indiqué que Médine a eu son apogée vers 1865. Selon lui, la ville comptait plus de 12 000 habitants et 10 quartiers, et considérée comme la plus grande ville du soudan français au 19ème siècle. Pour montrer son brassage culturelle, il dira que Médine avait une population cosmopolite où vivaient en harmonie des peulhs, des Malinkés, des Soninkés, des Maures, des Khassonkés, des Wolofs, et des Bambana. « Cette ville est aujourd’hui le chef-lieu de la commune rurale de Hawa Dembaya qui regroupe 10 villages répartis entre les deux rives du fleuve Sénégal », a-t-il indiqué.

    Il faut noter que de Kayes, vous pouvez visiter sans aucune difficulté, le riche patrimoine authentique des différentes ethnies citées ci-dessus.

    La nuit du deuxième jour était consacrée à une prestation des Dosso qui ont montré toute leur savoir et de démontrer que la ville de Kayes valorise la tradition et la culture. C’était sur la place publique de la gare. A travers les talents de ces Dosso, le public a pu vivre l’un des beaux moments de cette édition du festival international des Rails.

    Bintou COULIBALY

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce