• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Cinéma : Ouattagouna films présente « Femme actuelle » à Bamako le 8 avril 2018

    dimanche 8 avril 2018 , par Assane Koné

    Le Cinéma Babemba sera le lieu de rendez-vous des cinéphiles maliens le dimanche 8 avril 2018. « Femme actuelle », la série de 13 épisodes de 13 minutes de Boubacar Djingarey Maiga, réalisateur nigérien, y sera projetée. L’information a été donnée par le réalisateur à l’honneur d’une conférence de presse organisée à l’ambassade du Niger au Mali, le samedi 7 avril 2018.

    « Femme actuel » est le troisième film réalisé par Boubacar Djingarey Maiga. Il, reflète la réalité de la société Africaine. Selon lui c’est un film qui est en rapport avec le contexte socioculturel Nigérien en particulier et africain en général. D’après le producteur toutes les séquences ont été tournées au Niger et la plupart des acteurs et actrices sont des étudiants nigériens.

    Réalisé et lancé au Niger, M. Maiga a eu l’initiative de venir présenter son nouveau née au Mali. « L’idée de réaliser ce film est venue à travers une longue étude et un constat fait sur la vie au foyer dans nos sociétés », a déclaré Boubacar Maiga. Il a indiqué que l’entrée est à 5000 FCFA, mais pour les étudiants c’est 2000 FCFA.

    Il a expliqué le choix de ce thème par le fait que la femme soit, le moteur de la maison. Selon lui, c’est elle qui cordonne le foyer. Ce film parle aussi des problèmes entre mari et femme et qui nuisent à la vie des couples. Il y aborde aussi des problèmes de la jeunesse, notamment le mariage forcé et la polygamie.

    A travers ce film, le réalisateur pense sensibiliser la femme à pouvoir bien gérer son foyer. Dans son intervention, il n’a pas oublié de dire que, aussi, les hommes ont des responsabilités pour une meilleure vie au foyer. « J’ai tourné ce film sur mes fonds propres et avec l’appui technique du centre national de la cinématographie du Niger », a-t-il déclaré. Pour dire qu’il a l’amour de ce métier. Avant d’estimer que le coût de la réalisation est d’environ 48 millions de FCFA.

    Il a remercié le ministère de la culture et le Centre national de la cinématographie du Mali pour la mise à leur disposition de tout le matériel dont ils ont besoin. Mais aussi et surtout de les avoir reçu à bras ouvert et de les avoir donné le privilège de projeter ‘’femme actuelle’’. Ainsi que tous les partenaires.

    Moussa Diabaté, directeur du centre national de la cinématographie du Mali (CNCM), a souligné que cela s’inscrit dans le cadre de leur mission de faciliter les échanges entre les professionnels du cinéma à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Il a qualifié l’initiative du réalisateur nigérien d’un acte de bravoure qui vise à exploiter son œuvre. « C’est une autre dimension qu’il faut accepter pour que le film puisse répondre aux besoins économiques que nous souhaitons pleinement », a-t-il indiqué. C’est dans cet esprit que nous avons soutenu le réalisateur cinéaste du Niger aussi pour qu’il vérifie lui-même, « notre implication personnelle dans le cadre de la convention qui nous lie ». Selon lui ce film aura un important impact dans nos sociétés. Il a lancé un message à tous les cinéastes de capitaliser, d’exploiter et de dupliquer ce genre d’exemple. « Le cinéaste Nigérien attend faire beaucoup d’autres actions de ce genre », a-t-il laissé entendre.

    Aicha Soumail, l’organisatrice de l’évènement, a mis un accent particulier sur le thème du film pour montrer une fois de plus qu’il purement africain. Aussi elle dira que le cinéma c’est la jeunesse. Avant d’ajouter que ce film cible aussi la jeunesse, car c’est elle l’avenir de la génération future. « A travers ce film on va découvrir la femme au foyer et la polygamie », a-t-elle conclu.

    Bintou COULIBALY

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce