Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Ciné Droit Libre : Bamako accueille la 3 édition placée sous le thème « Migrations : loin de chez moi ? »

dimanche 21 janvier 2018

Bamako abritera du 23 au 27 janvier 2018, sa 3ème édition du Festival Ciné Droit Libre. Cet évènement qui se veut un espace de projections de films sur les Droits Humains et la liberté d’expression en Afrique Francophone, était le vendredi 19 janvier 2018 au centre d’une conférence de presse à la Maison de la Presse du Mali.

« Cette édition sera parrainée par le rappeur malien MASTER SOUMI, connu pour ses prises de position sur des sujets liés aux droits humains et à l’extrémisme violent », a indiqué Moctar Barry, Coordinateur de Ciné Droit Libre au Mali qui avait à ses côtés Diallo Abdoulaye, Coordinateur du Festival Ciné Droit Libre, Mijam Tjase de l’Ambassade des Pays-Bas et Ismaël Doukouré dit Master Soumy.

Il a aussi annoncé que pour la première fois le festival a décidé de mettre un accent particulier sur les films maliens, notamment le film de Malick Konaté.

En sa qualité de Coordinateur du Festival Ciné Droit Libre en Afrique de l’Ouest, Diallo Abdoulaye est revenu sur le choix des parrains des différentes éditions de ciné Droit libre au Mali. Selon lui, cette approche vise à mettre un accent sur l’importance de leurs créations artistiques dans la conscientisation des peuples africains. Il dira que si le parrain de la première édition a été Didier Awadi et celui de la deuxième édition Tiken jah fakoly, il a été décidé de faire du parrain de la troisième édition Master Soumy.

Il a ensuite indiqué que pour cette édition, Ciné droit Libre a décidé de susciter la réflexion autour du triptyque « migrations-immigrations clandestines-réfugiés » et pour cela, il dira que le thème de cette année est « Migrations : loin de chez moi ? ».

Il a profité pour lever le voile sur la programmation de cette édition. Selon lui, au cours de cette édition, plusieurs grandes dates sont à retenir. Ce sont :

- Le mardi 23 janvier à 19h00 : Ouverture du festival à l’Institut Français avec le film « Frontières » de Appoline TRAORE.
- Mercredi 24 janvier : démarrage des projections-débats dans les quartiers populaires (Sikoro Sourakabougou) et à l’université (CAMPUS IUG) ainsi qu’à l’institut national des arts.
- Le jeudi 25 janvier à 15h à la Maison de la presse du Mali : DIALOGUE DEMOCRATIQUE sur « Migrations et Droits Humains » animé par Khadja Nin, Artiste, installée au Mali, Dr. Abdramane Sylla, Ministre des maliens de l’extérieure, Aboudou Chéaka TOURE, Représentant spécial de la CEDEAO et Dr Aminata Dramane Traoré, écrivaine et activiste altermondialiste.
- Jeudi 25 et vendredi 26 janvier : Le festival Ciné Droit Libre s’installe dans une nouvelle salle qui fait son entrée dans Ciné Droit Libre : Le centre BLONBA, qui va accueillir deux jours de masters class et deux soirées de projections-débats.
- Le samedi 27 janvier , la maison de la presse accueille la cérémonie officielle du festival à 18h30 avec comme film de clôture « I am not your negro » de Raoul Peck, pendant qu’à partir de 19h sur le terrain de la commune 3, il est prévu la clôture populaire du festival avec des projections et un concert live animé par Mylmo et Master Soumi et avec comme Guest Star, Didier Awadi du Senegal.

Du côté animation, il dira que cette année, elle sera assurée par le célèbre humoriste ivoirien, Mareshal ZONGO qui sera assisté de l’humoriste malien YORO.

Après avoir rappelé que Ciné Droit Libre a été Initié en 2005 à Ouagadougou par l’association Semfilms, afin de permettre aux détenteurs de droits d’être eux-mêmes les premiers défenseurs de leurs droits, Diallo Abdoulaye dira que des invités engagés sont aussi pressentis.Selon lui, il s’agit des réalisateurs, Amina WERRA ( Niger), Souleymane CISSE ( Mali), Galadio Parfait KABORE ( Burkina Faso), des activistes comme Ras BATH du Mali, et des artistes de renom comme Didier AWADI(Sénégal), Kadja NIN ( Rwanda), et plusieurs artistes du Mali comme MYLMO.

« Avec cette diversité de personnes averties, l’édition 2018 s’articulera autour d’une série d’activités cinématographiques, artistiques et de formations telles que les projections de films suivis de débats, le Village du festival, l’Espace lycée et les espaces universitaires, le Dialogue démocratique, les masters class, etc. », a-t-il conclu.

En qualité de partenaire de l’évènement, Mirjam Tjase de l’Ambassade du Pays-Bas, dira que son pays a décidé de soutenir cette manifestation à cause de son engagement à défendre les droits de l’homme, notamment la liberté d’expression. « La démocratie va au-delà des élections. Et, il est très important de faire entendre la voix de la jeunesse dans la légalité et dans la sagesse », a-t-elle indiqué.

Selon elle, ce festival montre des films, mais en plus ouvre un espace de débat. « J’invite tout le monde à venir y participe », a-t-elle lancé, avant de passer la parole à Master Soumy.

« Le festival Ciné Droit Libre est très instructif et très éducatif et ce festival occupe vraiment sa place au Mali, parce que le pays fait face à des violations des droits de l’Homme », a indiqué Master Soumy. Selon lui, le Mali a souscrit à la démocratie et cela impose le respect de certains droits des citoyens.

Il a dit merci aux initiateurs de l’évènement qui ont voulu porter leur choix sur sa modeste personne pour parrainer l’édition de cette année.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !