Version imprimable de cet article Version imprimable | |

COP 23 : Le Mali y sera avec une contribution nationale à la lutte contre le changement climatique estimé à 38 milliards de dollars US

samedi 28 octobre 2017

Après la COP 21 historique de Paris en 2015 et la COP 22 de l’action à Marrakech en 2016, le Mali prendra part à la COP 23 sur le renforcement de l’Ambition qui se tiendra à Bonn, en Allemagne du 6 au 17 novembre 2017.

Le Mali à travers le ministère de l’Environnement, s’apprête pour une participation record avec près de 100 délégués à la COP 23. Le ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable a animé une conférence de presse, le vendredi 27 octobre 2017 dans la salle de conférence du ministère des Maliens de l’Extérieur. La rencontre a enregistrée la présence de Mme Gologo Aminata Diarra, chef de cabinet du MEADD, Dr Modibo Sacko, Point focal national changements climatiques, Baikoro Fofana, conseiller technique au MEADD, Drissa Doumbia, Point focal accord Paris et le Général Biramou Sissoko, conseiller technique.

Pour cette conférence des Présidents sur le changement climatique (COP 23), le Mali attend jouer toute sa partition. Une centaine de personne sera mobilisée. Un pavillon de 100 m2 dans lequel le Mali installera ces produits. Notre pays compte y signer des contrats de partenariat à fin de mobiliser le maximum de fonds pour les projets identifiés.

Dr Modibo Sacko, Point focal changements climatiques a indiqué que les 100 m2 sont aménagés pour montrer le Mali. « On va organiser la journée du Mali. Ça va être comme journée porte ouverte. Nous allons montrer des images sur le Mali d’avant où il y avait la forêt où tout était verdoyant. Et le Mali, aujourd’hui où nous subissons l’effet des changements climatiques par la désertification et le déboisement », a clairement indiqué le conférencier.

Pour Drissa Doumbia, Point focal Accord de Paris, le Mali a élaboré sa contribution et elle couvre trois secteurs essentiels : l’énergie, l’agriculture et les changements d’affectations des terres. « Nous proposons de réduire les émissions de gaz dans le secteur de l’Energie de 31%, au moment nous recherchons 25% dans le secteur de l’Agriculture et 21% dans le secteur de la forêt. Pour ce résultat, nous devons mobiliser 38 milliards de dollars », a-t-il poursuivi.

A noter qu’au cours de cette conférence de presse, les journalistes se sont surtout intéressés au financement de la COP 23, le retrait des USA de cette organisation, l’impact de la COP 23 sur les économies des pays au sud du Sahara. A toutes ces questions, les deux conférenciers ont éclairci la lanterne des journalistes.

Lamine Kané

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en