Version imprimable de cet article Version imprimable | |

CONFEJES : Le Mali en retard de paiement de ses cotisations ?

vendredi 4 août 2017

Le Mali est en retard dans le paiement de sa cotisation à la Conférence des ministres de la jeunesse et des sports des pays francophones (Confejes). Le montant réclamé s’élève à 3 millions F CFA. Conséquences : les projets soumis ne seront pas financés.

Instance de la Francophonie créée en 1969, la Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la Francophonie est une institution composée de 42 Etats et gouvernements membres. Sa vocation première est d’assurer la promotion de la participation des jeunes pour réussir les changements stratégiques porteurs de développement économique et de cohésion sociale. Ce sont les cotisations annuelles des Etats qui font qu’ils bénéficient des financements de leurs projets de la part de la Confejes.

Le Mali ne s’est toujours pas acquittée de sa cotisation. Autrement dit, le pays d’Ibrahim Boubacar Keita n’a toujours pas payé ses trois millions F CFA. Ce non-paiement de la cotisation n’est pas sans conséquences pour notre pays. Les projets soumis par les jeunes Maliens ne bénéficieront pas d’un financement de l’Institution francophone. Or, la Confejes selon la pertinence des projets, peut financer jusqu’à dix projets de jeunes d’un pays à jour de cotisations. Et le montant de chacun des projets financés peut aller jusqu’à 5 millions F CFA.

Plusieurs fois saisie par la Confejes, les autorités maliennes se font toujours attendre par l’institution basée à Dakar.

Les autorités sportives nationales justifient ce retard de paiement par « la lourdeur et la lenteur des procédures de décaissement ». Une autre gifle pour notre pays qui, on se souvient était en retard dans le paiement de ses cotisations au niveau des Nations Unis.

C’est aussi le lieu de dénoncer le fait que les projets des jeunes maliens tardent à arriver à la CONFEJES, malgré le report des délais à plusieurs reprises. Est-ce parce que le Mali n’est à jour de ses cotisations que les autorités ne veulent pas susciter l’envoie de projets des jeunes afin de leur financement ?

Amadou Sidibé

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en