Version imprimable de cet article Version imprimable | |

CNCM : Moussa Diabaté nouveau DG

mercredi 26 avril 2017

Le nouveau directeur général du Centre National de la Cinématographie du Mali (CNCM) n’est pas un inconnu dans le 7e art. Il y est actif depuis des années dans sa spécialité de costumier dans plusieurs films maliens.

Né à Goundam dans la région de Tombouctou, Moussa Diabaté a grandi à Sikasso où il a fait ses études primaires et secondaires avec brio. Enseignant de formation, M. Diabaté a été maitre du premier puis du second cycle et professeur de l’enseignement fondamental.

Ambitieux, le jeune enseignant se retrouve administrateur civil. Autodidacte dans l’art de la confection et de la décoration sur le textile traditionnel. Ce statut lui a valu d’être chef de service recherche technologique appliquée au Centre de développement textile. M. Diabaté ayant la culture dans le sang, de fil à aiguille, il a servi comme costumier dans le film « Da Monzon », la conquête de Samagnana Bassi, puis assistant costumier de Kandioura Coulibaly (paix à son âme) avant d’être titularisé sur Toile d’araignée et le feuilleton « Concession ».

Les années passent mais ne se ressemblent pas. Moussa Diabaté fait office de chef de département registre public de la cinématographie de 2009 à 2011. En 2012, il quitte ce poste pour la délégation générale des Maliens de l’extérieur.

Très familier avec le monde de la culture notamment du cinéma, le nouveau DG du CNCM est un cadre très aguerri qui a toujours eu l’ambition d’aider ses collègues. Sûr de ses compétences, Moussa Diabaté n’a pas hésité une seule seconde a déposé sa candidature dès l’ouverture de l’appel à candidature au poste de DG du CNCM, en remplacement de l’ancien directeur général, Moussa Ouane qui eu droit à faire a valoir ses droits à la retraite.

Parmi les dossiers pré sélectionnés par la commission de sélection, celui de M. Diabaté a séduit. Lors d’un conseil des ministres, son nom a été annoncé comme étant celui qui aura la responsabilité de diriger le CNCM. Et Moussa lui-même est conscient des défis qui l’attend. « Optimiste de nature », Moussa Diabaté sait qu’avec le soutien de tout le monde, notamment du personnel du CNCM il arrivera à bon port.

Diabatex comme l’appelle ses intimes a commencé à concevoir des tenues traditionnelles de chasseurs avec la technique particulière du Bogolan dès 1990. En 2000, Moussa a proposé le projet de faire porter ces créations à l’African Hunters Conférence de Bamako, par les représentants du gouvernement du Mali.

Le ministre malien de la Culture de l’époque, Pascal Baba Couloubaly ainsi que le Premier ministre portaient les tenues de chasseurs traditionnelles signées Moussa Diabaté. D’autres personnalités célèbres telles que Cheick Oumar Sissoko, Oumou Sangaré, Habib Koité, ont porté les costumes et les conceptions de la marque « Diabatex ».
Bon vent directeur !

A.S.

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en