Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Biennale Africaine de la Photographie : Les notabilités de Bamako mobilisées

mardi 26 novembre 2019

La Biennale Africaine de la Photographie se déroulera du 30 novembre au 31 janvier 2020 à Bamako. Après le feu vert des plus hautes autorités, les organisateurs ont aussi obtenu l’aval des chefs de quartiers de Bamako qui sera le théâtre de la plus grande rencontre continentale de la photographie. L’information a été donnée lors d’une rencontre tenue le vendredi 22 novembre 2019 chez Bamoussa Touré, coordinateur général des chefs de quartiers de Bamako.

<< Autrefois les photographes jouaient le rôle de journalistes grâce à leur créativité. Les photos servent à grapher et immortaliser des instants précis et importants. Et donc ce n’est pas Bamako qui est à l’honneur, mais le Mali et sa riche culture >>, a déclaré Mamadou Simpara, porte-parole des quartiers de Bamako. En prélude de cette rencontre, dans son intervention il a salué la présence de tous les participants en particulier les organisateurs qui ont revalorisé le djatiguiya malien. À l’en croire, les chefs de quartiers de Bamako ne peuvent que se réjouir davantage compte tenu de la dimension et l’importance d’une telle activité. Pour cela, il a évoqué que les photographes sont des artisans incontournables qui permettent de mieux ressortir l’histoire de Bamako.

Pour Hugo Diarra, délégué général de la Biennale Africaine de la photographie, il est inadmissible que des photographes africains se rencontrent à Bamako et sans le consentement des autorités coutumières et religieuses de Bamako. Si la photographie est un art, le respect de notre tradition qui est la considération de toutes les autorités qu’elles soient coutumières, religieuses, ne serait qu’un plus pour cette activité a poursuivi Hugo Diarra. Et que c’est aussi une opportunité aux visiteurs d’être témoins vivant du djatiguiya malien.
Parlant de cette biennale, il dira qu’il s’agira d’une part de renforcer la passion des amateurs de la photographie et d’autre part de démontrer le talent des photographes africains. Quant à Bonaventure Tjicoun, commissaire général de la Biennale, il a estimé qu’avec la bénédiction et l’accompagnement des aînés et autorités du Mali, qui n’ont jusqu’à présent pas fait défaut, la fête sera belle. Ainsi, il a dit merci à tous ses collègues photographes et les a invités à faire le maximum afin qu’aucun malien ne soit dérangé.

Remerciant ses collègues photographes étrangers, Anzoumane Diarra, secrétaire général de l’association des photographes du Mali s’est réjouit que le Mali soit à l’honneur, car il s’agit d’une fierté nationale.

Bintou Coulibaly

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.