| |

BASKET-AFFAIRE RAMATA DAOU : Le Mali soutenu par FIBA-Afrique

jeudi 19 septembre 2013

Selon de nombreuses sources, le coach du Sénégal (Moussa Touré) a remué ciel et terre pour avoir notre compatriote Ramata Daou dans son effectif pour l’Afrobasket féminin, « Maputo 2013 » (Mozambique, du 20 au 29 septembre 2013). Et finalement il a eu, en partie, gain de cause avec la signature d’un décret portant sur la naturalisation de cette joueuse par le président de la République du Sénégal.

Par cet acte, dénoncent des confrères sénégalais, « …Macky Sall permet ainsi au coach des Lionnes de couper éventuellement une tête. Sur ce, la pauvre Maïmouna Diarra risque d’être sacrifiée. Elle qui rêvait de vivre sa première campagne africaine ».
Mais, si Moussa Touré a obtenu la naturalisation de Ramata Daou, ce n’est pas évident de voir la joueuse évoluer avec les Lionnes de si tôt, notamment à l’Afrobasket de cette année. En effet, cet acte n’est pas encore validé par FIBA-Afrique qui vient de publier les listes officielles (pièces jointes) pour cette compétition. Et Ramata Daou est retenue sur la liste des Aigles-Dames de José Ruiz et non sur celle des Lionnes.
Elle risque ainsi de rater le championnat d’Afrique féminin de cette année à cause d’un mauvais choix. Née le 23 mars 1998 et sociétaire de Saint-Louis basket club (Sénégal), Ramata avait quitté l’internat des Aigles alors que notre Equipe nationale préparait activement les Jeux de la francophonie, « Nice 2013 » (France, du 7 au 15 septembre 2013). Elle avait abandonné ses coéquipières en leur disant que le Sénégal lui faisait appel et que les autorités de ce pays voisin lui avait non seulement promis la naturalisation, mais aussi et surtout une villa et un emploi bien rémunéré.
Mais, ce qu’elle ignorait, ce que la Fédération malienne de basket-ball (FMBB) n’a pas encore dit son dernier mot dans cette affaire. Et visiblement, sa naturalisation n’est pas bien accueillie dans le milieu du basket sénégalais et surtout par la presse sénégalaise.
« Aucun match disputé avec les Lionnes. Car même si la Saint-louisienne dispose de qualités athlétiques ou encore d’une bonne taille (plus de 2 m), sa sélection parrainée tombe comme un cheveu dans la soupe », dénonce un confrère sur le site du quotidien privé, Le Quotidien.
Pour ce dernier, arrivée au dernier moment, la « Malienne » (comme tel dans le texte) « n’a disputé aucun match amical avec les Lionnes…Encore moins ceux livrés face à l’équipe de Nice où elle est restée scotchée sur le banc, sans la moindre seconde de jeu… Et dans ce jeu, on comprend difficilement le forcing de Moussa Touré à vouloir vaille que vaille enrôler Ramata Daou ».
Moussa Bolly
C.C/MJS

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav