| |

Assises nationales de la refondation : La phase finale se déroulera du 27 au 30 décembre 2021

dimanche 26 décembre 2021

Après les phases au niveau des communes, des cercles, au niveau des maliens établis à l’extérieur et les réfugiés, au niveau des régions et des 6 communes du district de Bamako, la phase finale des assises nationales de la refondation (ANR), au niveau national se tiendra les 27 ; 28, 29 et 30 décembre 2021 à Bamako. La cérémonie inaugurale sera placée sous la houlette du Président de la transition, au Centre international de conférence de Bamako (CICB). L’information a été donnée lors d’un point de presse par la commission d’organisation le samedi 25 décembre 2021, à l’hôtel Salam de Bamako.

Zeini Moulaye, membre de la commission d’organisation des ANR, a rappelé que le 16 octobre dernier, le Président de la transition a pris la décision par décret présidentiel de nommer 119 personnalités pour deux missions fondamentales. A savoir : la facilitation, d’un certain nombre de concertations avec toutes les forces vives de la nation, afin de faire de prévaloir le principe de l’inclusivité et amener si c’était possible, l’ensemble de ces forces vives de la nation à aller vers cette grande réflexion, notamment appelée les assises nationales de refondation. La deuxième, c’est de conduire concrètement ces assises sur le terrain. Et dans la conduite, selon lui un deuxième organe a été mise en mise place par un décret du premier ministre, il s’agit de la mission nationale d’organisation dont le président est le ministre Mamadou Hachim koumaré. Cette instance décisionnelle et cet organe d’exécution qui est la commission nationale d’organisation, dit-il travaillent en symbiose et constituent une seule et même famille.

« Il y a deux mois, presque jour pour jour, le 26 octobre le panel a été installé à Koulouba et parallèlement, la Commission nationale a été installée au niveau de la primature, dès le lendemain nous nous sommes mis au travail », a-t-il fait savoir.

Selon lui, les rapports des ANR précédents, ont démontré que les choses se sont déroulées normalement sur le terrain. A part les deux régions contraintes et forcées, il a ajouté, qu’il y a eu un engouement énorme et enthousiasme de ces assises et parfois même un débordement. Ce qui a amené les organisateurs à serrer l’étau et parfois à dépasser le quota qui avait été déterminé. Selon ces rapports, il y a eu un taux de réalisation de plus 95% au niveau des communes, et plus de 95% au niveau des cercles.

Lors de la phase nationale, de lundi prochain, selon lui il y aura les acteurs ou représentants des acteurs des communes, des cercles, des régions, et d’autres acteurs nationaux qui viendront se joindre à eux. Il a espéré que le débat sera libre, indépendant, fructueux et que la moisson sera telle qu’ils puissent disposer des propositions de résolutions, de recommandations et de suggestions fortes. Cela leurs permettrait de construire une solution en vue de construire une solution pour la sortie de crise de notre pays pour aujourd’hui et pour demain. Et d’ajouter les résolutions qui ont été adoptées lors des phases précédentes viendront alimenter le débat.

« Les assises ne sont pas une fin en soi pour la refondation, mais c’est le démarrage de la refondation. Nous restons ouverts au dialogue et nous sommes disposés à recevoir tous autres acteurs qui aurait hésité et qui n’aurait pas participé aux assises en tout moment. Et il n’est jamais trop tard puissent que c’est un processus continu », a-t-il laissé entendre.

Le Ministre Mamadou Hachim Koumaré, président de la commission d’organisation des ANR, dira que la commission d’organisation, c’est le bras opérationnel du panel des hautes personnalités. En ce sens, elle est chargée d’organiser techniquement et scientifiquement les assises à tous les niveaux depuis le 11 décembre 2021.

« Aucun cheval aussi fort qu’il soit ne peut sauter la distance de 10 pas. Mais un cheval aussi fort qui travail assidument pendant 10 jours d’affilés, convaincu, déterminé sera mieux que ce que fait un seul cheval d’un seul saut ». Selon Mamadou Hachim Koumaré, c’est ce qu’ils ont fait. Il a indiqué qu’ils ont puis organisé les ANR dans 725 communes sur les 759, au niveau de la diaspora et des régions. Une grande particularité exemplaire dans ce système, d’après lui est que ces assises ont pu être tenues dans les langues de ces lieux. Et sur l’ensemble les 13 thématiques ont été discutées partout.

Le président de la commission d’organisation a déclaré qu’ils ont pu tenir les assises dans 51 cercles sur les 60, et au niveau régionale sur l’ensemble des régions sauf deux ; au niveau de la diaspora, les déplacés et même les réfugiés, ont pu participer. « Si on compte tout cela, on dépassera plus de 8000 personnes, un chiffre assez éloquent et c’est quelque chose de jamais vu. On a fait un travail de pyramide de bas vers le haut. Nous avons vraiment participé à un engouement terrible », s’est-t-il félicité. Il a ajouté, qu’ils sont aujourd’hui en compilation totale de plus de 98% de tout ce qu’ils ont reçu des régions, des cercles et des communes. Pour une fois, selon lui, ils ont utilisé des systèmes électroniques pour la collecte des documents.

« C’est une occasion unique pour l’ensemble des maliens pour qu’on se retrouve, qu’on discute ensemble de ce que nous voulons que le Mali soit demain pour nos futures progénitures. On a eu des difficultés mais les plus importants, c’est la qualité des résultats », a-t-il dit.

Bintou COULIBLAY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav