Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Arts de la marionnette : Bamako se positionne pour devenir un centre de formation professionnelle continue

jeudi 4 avril 2019

Dans le but de formaliser la transmission de l’art de la marionnette afin d’en assurer la pérennité, dans un Mali post-crise, où le secteur culturel en développement, pourra offrir des opportunités de croissance économique et sociale importantes, la Compagnie NAMA, en partenariat avec la Fondation Doen, a initié une formation professionnelle continue.

Placée sous le thème « Les arts de la marionnette : Un métier préservé pour le développement culturel », cette formation a démarré le 12 mars 2019 et prendra en principe fin le 12 mars 2020.

Selon Yacouba Magassouba, Directeur de la Compagnie Nama, a indiqué que cette initiative vise à former une nouvelle génération de marionnettistes polyvalents capables de mener un projet de création artistique de bout en bout, depuis la conception, en passant par la phase d’écriture, de fabrication des marionnettes, de scénographie, de production, de gestion et de diffusion. « Ces artistes sauront se repérer dans l’environnement malien et régional des arts de la rue et s’intégrer dans un réseau de ressources complémentaires », a-t-il ajouté.

Douze stagiaires venus du Mali (8 artistes), la Côte d’Ivoire (3 artistes) et le Burkina Faso (1 artistes) doivent suivre une formation modulaire de 26 semaines. Des formateurs comme Yacouba Magassouba, Lamine Diarra et Malick Dramé, Sirima Dembélé du Mali, Fousseni Zongo et Blaise Dala, Drissa Ouédraogo du Burkina Faso, Badrissa Soro de la Côte d’Ivoire et Emilie Racine du Canada, seront mis à contribution pour encadrer les 12 stagiaires.

Et, pendant les 26 semaines, les stagiaires seront formés sur des modules comme : Les marionnettes maliennes et les petites marionnettes à fil ; les grandes marionnettes ; les marionnettes en mousse ; les marionnettes à tiges ; les marionnettes géantes articulées en mousse polyéthylène expansée ; écriture, scénario et mise en scène ; scénographie et arts de la rue ; le marché de la culture, débouchés et mobilité internationale. Et, pour leur contact avec le terrain, deux visites de festivals ont été programmées : visite d’étude pour le festival de Sélingué et la visite d’étude pour le festival de marionnettes de Markala et enfin, la participation au Festival RDV chez Nous à Bamako 2020.

En plus de ce programme alléchant, des dispositions sont prises pour que les stagiaires bénéficient de cous d’informatique, bureautique, administration, initiation à l’anglais, français de la culture, en partenariat avec l’Institut français du Mali et le Centre Don Sen Folo.

En principe, dans le cadre de cette initiative, la première formation de 3 semaines, démarrée le 12 mars 2019, devra prendre fin le 5 avril 2019. Dirigée par Emilie Racine du Canada, cette formation a consisté à la conception d’un spectacle appelé le « chat pèlerin ». « Pour l’adaptation de ce conte traditionnel malien, nous avons décidé avec les apprenants de fabriquer 15 souris pour 4 chats.

Concrètement, en 3 semaines de formation, Emilie Racine est parvenue à initier la douzaine de stagiaires à la conception de marionnettes. Dans le cas d’espèce, sous sa direction, dans une démarche de recherche/action, les stagiaires ont été amenés à fabriquer des souris et des chats. Ensuite, elle les a conduits à trouver la bonne approche pour l’habillage des souris et des chats. Enfin, les stagiaires ont été mis à contribution pour peaufiner un spectacle, notamment la mise en scène.

En principe, il est prévu que chaque formation modulaire donne l’ébauche d’un spectacle. En effet, cette formation doit aboutir à des spectacles qui seront présentés lors de l’édition 2020 du Festival RDV chez Nous à Bamako.

Mais, si les moyens ne font pas défaut. Et, surtout si les partenaires accompagnent cette initiative de formation professionnelle continue dans le domaine des arts de la marionnette, la Compagnie Nama envisage de mettre en place à Bamako, le centre de formation en art de la marionnette de l’Afrique de l’Ouest. « Comme vous le voyez, nous sommes dans la démarche de regrouper les formateurs les plus pertinents d’Afrique de l’ouest et de l’Europe au Mali, pour la transmission de l’Art de la marionnette aux jeunes générations », a indiqué Yacouba Magassouba. Avant d’ajouter que sa compagnie s’est inscrite depuis des années dans cette logique qui l’amène à faire un effort régional de sauvegarde et de renouveau de l’art de la marionnette.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de