Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Arts dans l’espace public : La 9e édition de « Rendez-vous chez nous » est là

jeudi 18 janvier 2018

Dans quelques semaines, les arts investiront les rues du Burkina à travers les villes de Ouagadougou, de Bobo-Dioulasso, de plusieurs villages de la commune rurale de Komsilga, à l’orphelinat de Loumbila et au Mali dans la ville de Bamako. Le festival « Rendez-vous chez nous » est de retour du 3 au 25 février 2018 dans le cadre de sa 9e édition.

Cette année encore, trois semaines durant, Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Bamako et plusieurs villages de la commune rurale de Komsilga et l’enceinte de l’orphelinat de Loumbila recevront de multiples expressions artistiques d’arts de la rue. Activité phare du collectif Association Arts, Clowns, Marionnettes et Musique dans nos rues (ACMUR, « Assez de murs »), le festival annuel « Rendez-vous chez nous » se tient pour la 9e fois consécutive.

Une quinzaine de pays, 45 troupes et groupes participants

Plus de 45 troupes et groupes et des milliers de festivaliers du Burkina, du Mali, du Niger, du Togo, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée Conakry, de la RDC, du Ghana, de la Tunisie, du Sénégal, de la France, du Canada, de Suisse, d’Allemagne et de la Belgique participeront une fois encore à cette édition dans les disciplines du théâtre, de la danse, de la musique, du cirque, des arts équestres, des marionnettes, du conte, etc.

Pour l’occasion, il est prévu également, pour cette année, une table ronde entre chercheurs africains et européens et acteurs culturels du réseau « Ma Rue » autour du thème « La radicalisation en questions : dialogue entre acteurs culturels et chercheurs ». Une thématique d’actualité, s’inscrivant dans la dynamique du collectif ACMUR qui place au centre de ses priorités la création et la diffusion dans la rue et pour la rue, dans un environnement de cohésion et de sécurité pour tous.

« Rendez-vous chez nous », L’art partout et pour tous

Le festival « Rendez-vous chez nous » est un projet de production, de diffusion et de décentralisation des arts de la rue au Burkina Faso et dans les pays de l’Afrique de l’Ouest. Depuis 2009, le festival investit les rues de différentes villes du Burkina et s’est élargi depuis 2017 au Mali.

Comme répondantaux traditions et aux objectifs du collectif ACMUR, porteur du projet, qui sont ceux de la « démocratisation et de la décentralisation de l’art et la culture », le festival s’articule autour d’un certain nombre d’activités. Pour cette neuvième édition, la plateforme festival proposera, au-delà de l’aide à la création de spectacles de rue à des compagnies d’Afrique de l’Ouest, des formations aux artistes, aux techniciens et aux équipes d’organisation d’événements culturels.

« Rendez-vous chez nous » œuvre aussi dans les zones urbaines et rurales, ainsi qu’au sein de structures d’accompagnement d’enfants en difficulté comme l’orphelinat de Loumbila, en périphérie de Ouagadougou. Une dynamique qui permet aux pensionnaires de ce centre de découvrir les joies des arts et de communier avec des artistes.

Plus de 200 000 festivaliers

Axé sur le contact avec le public, en 2017 la plateforme festival a accueilli environ 223 000 spectateurs à travers le Burkina Faso, qui ont pu assister aux 115 représentations des 70 compagnies et vedettes de la musique venus d’Afrique de l’ouest et d’Europe. Le marché est donc estimable et l’offre assez intéressante avec plusieurs disciplines comme le théâtre, la danse, la musique, le cirque, les arts plastiques, l’art équestre, les marionnettes, le conte, etc.

Il faut noter que le collectif ACMUR, organisateur de ce creuset est né en 2002, de la volonté de monter une structure porteuse de projets dédiés à la structuration, au développement et à la pérennisation des arts de la rue en Afrique de l’Ouest. Outre le festival « Rendez-vous chez nous », le collectif mène d’autres activités au nombre desquelles l’organisation de la journée internationale des arts de la rue, la formation des acteurs du domaine, etc.

En attendant le 3 février prochain, date de lancement de « Rendez-vous chez nous », dans les localités bénéficiaires de cette manifestation, les cœurs sont en joie et les esprits sont déjà à la fête pour les activités de cette neuvième édition qui s’invite chez eux.

BeléléJérôme William Bationo
Chargé des Relations publiques

Les dates clés :

Ouagadougou – 3 au 11 février

- Parade le 3 février - 9h - Départ devant l’Institut français
- Spectacles du 7 au 11 février

Bobo-Dioulasso - 15 au 18 février

- Parade le 15 février - 16h - Départ au rond-point du cinquantenaire
- Spectacles du 16 au 18 février

Bamako - 22 au 25 février

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en