Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Art de la rue : Le Festival « Rendez vous chez nous à Bamako » se donne une mascotte

samedi 17 novembre 2018

Former des artistes de l’Afrique de l’ouest dans la construction scénographique et doter le Festival « Rendez-vous chez nous à Bamako » d’une mascotte, est l’objectif d’un atelier de formation en construction scénographique que l’Association Art Marionnette Musique Clown Danse dans nos rues (AACMMDR) organise à Bamako du 12 au 20 novembre 2018, grâce à un soutien financier de l’Organisation internationale de la Francophonie.

« Que ce soit à Ouagadougou ou à Bobodioulasso, le Festival « Rendez-vous chez nous à une mascotte, un semblant de totem. Si à Ouagadougou, l’on a fait le choix d’une construction métallique qui symbolise un grand arbre, à Bobodioulasso dans le centre Siraba, on ‘’Kalofourou’’ ou la grande mère. A Bamako, nous aurons un homme avec une tête d’hippopotame comme totem du Festival », nous a indiqué Yacouba Magassouba, Président l’Association Art Marionnette Musique Clown Danse dans nos rues (AACMMDR) et initiateur du Festival « Rendez-vous chez nous à Bamako ».

Selon lui, dans sa volonté de réinventer l’espace scénique en réinvestissant le lieu traditionnel de présentation de spectacles qu’est la rue, afin de réduire les disparités sociales, le Festival « Rendez-vous chez nous à Bamako » ne lésine sur aucun moyen pour devenir un événement incontournable dans le paysage malien. En prélude à la 3ème édition du Festival « Rendez-vous chez nous à Bamako », l’Association Art Marionnette Musique Clown Danse dans nos rues (AACMMDR) a décidé de doter la manifestation d’une mascotte qui sera bien visible dans la scénographie à mettre en place. Et, ce sera le fruit d’un atelier que l’AACMMDR organise à Bamako, avec des artistes venus du Mali, de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, du Togo et du Sénégal, grâce à un soutien financier de l’Organisation internationale de la Francophonie.

« Cette formation en construction scénographique que nous avons démarré depuis le lundi 12 novembre et qui prendra fin le 20 novembre 2018, s’inscrit dans l’activité du Festival et participe à sa mise en œuvre », a précisé Yacouba Magassouba. Avant d’ajouter que l’atelier est animé par Hugo Brunet, sculpteur et scénographe français du Collectif Zo Prod.

Pour cet atelier, Yacouba Magassouba dira que l’ AACMMDR a regroupé environ une demi trentaine d’artistes et d’artisans, dont 6 du Mali, 3 de la Côte d’Ivoire, 3 du Burkina Faso, 1 du Togo et 1 de la Côte d’Ivoire.

« Dans le cadre de cet atelier, je vais amener les participants à prendre connaissance des outils (la meule électrique, le poste à souder, la scie électrique, la scie métallique et les différents marteaux », a indiqué le formateur Hugo Brunet. Avant d’ajouter qu’il a aussi prévu un module d’initiation des participants sur le travail de la récupération. « Il faut que les apprenants aient le flair de savoir ce qui peut nous servir dans les déchets des autres », a-t-il déclaré. Avant de dire que la récupération ouvre la voie à l’assemblage. « Ici, les participants apprendront à mettre les petits bouts des objets récupérés pour en faire une œuvre utilitaire. Mais, retenez qu’ici, il n’y a pas de limite. L’inspiration est la maîtresse », a-t-il indiqué. Avant d’annoncer que dans le cadre de leur atelier à Bamako, il a la lourde charge de former les participants à la sculpture à partir des matériaux de récupération. « La demi trentaine de participants à l’atelier de Bamako, sera formée à la construction scénographique, en réalisant une œuvre qui représente un humain avec une tête et des pieds d’hippopotame. Cette œuvre qui aura un boule de feu au niveau de son ventre et qui portera deux flambeaux au bout des bras, sera le totem du Festival ‘’Rendez-vous chez nous à Bamako’’ », a-t-il expliqué.

« Il n’y a aucun doute cette formation en construction scénographique aidera le Festival à atteindre ses objectifs, notamment l’implantation des arts de la rue sur le territoire malien », a déclaré Yacouba Magassouba. Activiste engagé pour la cause des arts de la rue au Mali, il dira que les arts de la rue favorisent des rencontres originales avec le public et des échanges dans une ambiance chaleureuse. Selon lui, cela est possible parce que les arts de la rue se nourrissent des traditions populaires et s’ouvrent sur les formes contemporaines de la création.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques