Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Art de la marionnette : Douze femmes marionnettistes d’Afrique de l’ouest prêtes pour animer des spectacles

vendredi 16 février 2018

S’il fut une époque où l’art de la marionnette était réservé aux hommes au Mali et un peu partout en Afrique de l’Ouest, aujourd’hui, tel n’est plus le cas, grâce à une initiative de l’Association Art Marionnette, Musique, Clown, Danse dans nos rues (AMMCDR), soutenue par l’OIF, la Coopération suisse, l’Institut français du Mali, ACMUR de Ouagadougou et Patrimoine Canada.

Après une première formation de 12 femmes marionnettistes, à Bamako du 2 au 11 octobre 2017, l’AMMCDR vient rééditer son exploit. L’Association dirigée par Yacouba Magassouba, Directeur du Festival « Rendez-vous chez nous » à Bamako et Directeur de la Compagnie Nama, lauréate de la médaille de bronze dans la catégorie marionnettes aux Jeux de la Francophonie 2017 à Abidjan, a organise du 5 au 25 février 2018, la deuxième formation à l’intention de 12 jeunes dames venues de la Côte d’Ivoire (GASCA d’Adzopé), du Niger (Sannu Sannu de Niamey), du Burkina Faso (Siraba de Bobo-Dioulasso) et du Mali (Mopti, Kayes et Bamako).

Pour cette deuxième formation, l’AMMCDR s’est fixée l’objectif d’amener les 12 apprenantes à construire et manipuler une marionnette géante. Elles doivent aussi pouvoir créer un spectacle avec les marionnettes. Et, à cet effet, grâce à Patrimoine Canada, elle a bénéficié de la collaboration effective de Emilie Racine, fondatrice et Directrice de la Compagnie « Création vivante » et fondatrice du Collectif PI qui a remporté la médaille d’argent aux jeux de la francophonie 2017, à Abidjan.

« La formation que j’anime actuellement à Bamako consiste à donner vie à une marionnette géante, composée de 6 morceaux (2 jambes, 2 mains, Une taille et une grande fleur) que j’ai amené du Canada », a indiqué Emilie Racine. Mais, engagée dans une démarche de recherche-action, elle a ajouté que d’ici la fin de son séjour, qu’elle pourra, avec l’assistance des 12 jeunes dames, construire une marionnette géante qui va rester avec la compagnie Nama à Bamako.

« Mais, en plus de la construction de marionnette, nous allons beaucoup travailler à la manipulation des marionnettes, à travers des répétitions, étant attendu que nous allons organiser une restitution des travaux de notre atelier le dimanche 18 janvier 2018 », a-t-elle précisé.

Pour sa par Yacouba Magassouba, Président de l’Association AMMCDR, Directeur du Festival « Rendez-vous chez nous » à Bamako et Directeur de la Compagnie Nama médaillée de bronze dans la catégorie marionnettes aux Jeux de la Francophonie 2017 à Abidjan, a indiqué qu’en plus de la formation qui sera conduite par Emilie Racine, la douzaine de jeunes dames auront la chance d’être renforcer dans ce qu’elles avaient déjà fait lors de la première formation qui a eu lieu en octobre 2017.

Selon Yacouba Mgassouba, cette deuxième formation permettra aux apprenantes de maîtriser la fabrication des marionnettes à tige, qu’on appelle communément les marottes. Selon lui, elles auront la chance de revenir sur la sculpture dans la frigoritte et le modelage avec la pâte à bois pour mettre un accent sur les traits du visage, le nez, la bouche et les oreilles.

« Elles vont aussi apprendre à donner du volume à la marionnette, avec de la mousse, avant de passer à l’étape de la peinture, qui sera accompagnée par celle de l’habillement », a indiqué Président de l’AMMCDR.

Aussi, en sa qualité de Directeur du Festival « Rendez-vous chez nous à Bamako », Yacouba Magassouba a indiqué qu’en plus de la restitution de l’atelier prévu le 18 février 2018, dans le carré de la société Bittar Impression, dans le cadre du Festival « Rendez-vous chez nous à Bamako, qui va démarrer le 22 février pour prendre fin le 25 février 2018, sur le stade de Magnabougou, les jeunes dames qui ont participé à l’atelier auront à faire deux prestations.

Il faut dire que les douze participantes à cette formations sont venues de la Côte d’Ivoire (GASCA d’Adzopé), du Niger (Sannu Sannu de Niamey), du Burkina Faso ( Siraba de Bobo-Dioulasso) et du Mali (Mopti, Kayes et Bamako).

Et, pour atteindre son objectif de la vulgarisation de l’art de la marionnette par les femmes en Afrique de l’Ouest, l’AMMCDR compte initier une tournée de 15 dates à Bamako, Koulikoro, Sikasso et Mopti. « Au cours de ces tournées, les jeunes montreront ce qu’elles ont pu apprendre pendant les différents ateliers », a conclu Yacouba Magassouba.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques