Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Accident de route : 80% imputable au comportement humain

dimanche 26 mars 2017

« Au Mali, 80% des accidents de la route sont provoqués par le comportement humain », la déclaration a été faite par Fousseny Traoré de l’Agence nationale de la sécurité routière (ANSER), le 24 mars 2017, à l’occasion de la 6ème édition du Festival International, Musique urbaine et mode de Sélingué dans le cadre de la traditionnelle conférence débat organisée sur la sécurité routière.

Partant du constat que le nombre des accidents de la route était de plus en plus élevé sur la nationale 7, notamment sur le tronçon tour de l’Afrique-bifurcation de Sélingué, l’ANASER, dès la première édition du Festival International, Musique urbaine et mode, a décidé de s’offrir un espace de sensibilisation des festivaliers et de la population de la Commune de Baya, pour les instruire sur la sécurité routière.

Dans le cadre de la 6ème édition du Festival, Ousmane Maïga, Chef de service statistiques et Fousseny Traoré, chef de sécurité de l’ANASER, ont animé une conférence débat à Sélingué.

« Les accidents de la circulation constituent un fléau international avec 1, 3 millions de personnes tuées et 50 millions de blessés par an dans le monde », a indiqué Fousseny Traoré. Avant d’ajouter qu’une étude internationale a révélé que si rien n’est urgemment fait les accidents de la route risquent d’être un facteur aggravant de la pauvreté.

« C’est pour minimiser cela au Mali que la lutte contre l’insécurité routière a été inscrite au centre des priorité », a-t-il indiqué.

Il a ensuite mis l’accent sur une incohérence qui veut que les pays du monde qui ont le plus faible parc auto, ont le plus fort taux d’accident. En ce qui concerne le Mali, il dira qu’en 2015, le pays a enregistré environ 6000 accidents, avec 569 tués.

Cependant, il est convaincu que les accidents de la circulation ne sont pas une fatalité. « En respectant les lois et règlements de la république, on peur inverser la tendance », a-t-il indiqué. Selon lui, il y a trois grands facteurs qui expliquent les accidents au Mali : L’état du véhicule, le comportement de la victime et l’environnement. « Mais, le facteur humain est le plus important au Mali », a-t-il soutenu. En effet, il a estimé que 80% des accidents sont imputables aux facteurs humains.

Ousmane Maïga, Chef de service statistique, a indiqué qu’un travail est actuellement en cours dans la zone UEMOA pour l’institutionnalisation de l’éducation à la sécurité routière dans les écoles en Afrique de l’Ouest. Il a aussi annoncé que le Mali a décidé d’aller vers le permis à puce. « Avec un certain nombre de fautes, totalisant un certain nombre de points, le permis sera retiré », a-t-il déclaré.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de