• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    L’adoption de la Loi relative aux défenseurs des droits de l’homme : une avancée majeure qui nécessite des mesures d’application pour une protection effective et efficace

    Bamako, le 26 Janvier 2018 : Les organisations œuvrant au Mali pour la défense des droits de l’homme se réjouissent de l’adoption par le gouvernement malien de la loi relative aux défenseurs des droits de l’homme. Cette promulgation intervient à la suite d’un

    Le Chemin des Tirailleurs à Sorano, le samedi 10 février 2018

    La Compagnie du Théâtre national Daniel Sorano du Sénégal et le Théâtre de la Mascara de France présentent la pièce de théâtre « Le Chemin des Tirailleurs », le samedi 10 février 2018 à 17 H à Sorano. Cette coproduction théâtrale est

    Littérature : Yoro Ba rime pour l’Afrique

    L’auteur Yoro Ba publie « Afrique où la rime partagée » chez Baobab Edition. La cérémonie de dédicace de l’ouvrage est prévue, le samedi 3 février 2018 à 16 heures à KeurBirago, siège de l’association des écrivains du Sénégal, sous la présidence de Monsieur Abdou Latif

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    8ème jeux de la Francophonie/ Sculpture et installation : Eli Dit Apilou Kodio expose son œuvre « Narinyin » ou la réincarnation

    mercredi 26 juillet 2017 , par Assane Koné

    N’eut été une chance, ce jeune sculpteur malien allait rentrer à Bamako très frustré. Son œuvre, en même temps que toutes les œuvres plastiques maliennes étaient introuvables à Abidjan depuis l’arrivée de la délégation malienne le 19 juillet 2017, et pourtant les œuvres avaient été acheminées par DHL sur Abidjan depuis le 18 mai 2017. Retrouvée l’œuvre « Narinyin » ou la réincarnation, est actuellement exposé à la Bibliothèque nationale de la Côte d’Ivoire.

    Par son œuvre « Narinyin » ou la réincarnation, Eli Dit Apilou Kodio fait, selon lui, « une interprétation symbolique du concept dogon invoquant le retour d’un arrière parent mort. Le nouveau né prend la forme et le caractère physique et mental du défunt. C’est justement le ‘’kikimu’’ l’esprit qui est en lui ».

    Le sculpteur malien dira que « selon les dogon le kikimu l’esprit ne quitte pas son support : le corps après la mort. Il demeure attaché à la dépouille jusqu’à la dernière poussière ».

    Il faut dire que l’œuvre plastique de Eli Dit Apilou Kodio, respire et transpire la philosophie Dogon qui soutient que « tout sort du trou c’est à dire de la terre ». Mieux, il dira que pour le dogon « l’être humaine est comparable à une semence ».

    « Aucune semence ne vit sans la mort. Les graines semées meurent, pourrissent avant de germer. C’est aussi le cas de l’homme, qui naît, meurt et se réincarne. De telle sorte que chez les dogons, la vie est une continuité, tout comme la semence », a indiqué le jeune plasticien qui maîtrise à merveille la technique de la sculpture sur bois.

    Et, c’est pour magnifier l’importance de « Narinyin » ou la réincarnation en milieu dogon, que Eli Dit Apilou Kodio a réalisé cette belle œuvre qui attire de nombreux regards et suscite des questions souvent sans réponses.

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce