• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    8ème jeux de la Francophonie/ Sculpture et installation : Eli Dit Apilou Kodio expose son œuvre « Narinyin » ou la réincarnation

    mercredi 26 juillet 2017 , par Assane Koné

    N’eut été une chance, ce jeune sculpteur malien allait rentrer à Bamako très frustré. Son œuvre, en même temps que toutes les œuvres plastiques maliennes étaient introuvables à Abidjan depuis l’arrivée de la délégation malienne le 19 juillet 2017, et pourtant les œuvres avaient été acheminées par DHL sur Abidjan depuis le 18 mai 2017. Retrouvée l’œuvre « Narinyin » ou la réincarnation, est actuellement exposé à la Bibliothèque nationale de la Côte d’Ivoire.

    Par son œuvre « Narinyin » ou la réincarnation, Eli Dit Apilou Kodio fait, selon lui, « une interprétation symbolique du concept dogon invoquant le retour d’un arrière parent mort. Le nouveau né prend la forme et le caractère physique et mental du défunt. C’est justement le ‘’kikimu’’ l’esprit qui est en lui ».

    Le sculpteur malien dira que « selon les dogon le kikimu l’esprit ne quitte pas son support : le corps après la mort. Il demeure attaché à la dépouille jusqu’à la dernière poussière ».

    Il faut dire que l’œuvre plastique de Eli Dit Apilou Kodio, respire et transpire la philosophie Dogon qui soutient que « tout sort du trou c’est à dire de la terre ». Mieux, il dira que pour le dogon « l’être humaine est comparable à une semence ».

    « Aucune semence ne vit sans la mort. Les graines semées meurent, pourrissent avant de germer. C’est aussi le cas de l’homme, qui naît, meurt et se réincarne. De telle sorte que chez les dogons, la vie est une continuité, tout comme la semence », a indiqué le jeune plasticien qui maîtrise à merveille la technique de la sculpture sur bois.

    Et, c’est pour magnifier l’importance de « Narinyin » ou la réincarnation en milieu dogon, que Eli Dit Apilou Kodio a réalisé cette belle œuvre qui attire de nombreux regards et suscite des questions souvent sans réponses.

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce