• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    8ème Jeux de la Francophonie/Culture : Deux Maliens dans le jury

    mercredi 26 juillet 2017 , par Assane Koné

    Dans la catégorie des « marionnettes géantes » et « contes », le Mali a été honoré avec le choix de deux de nos compatriotes. Il s’agit respectivement de Yaya Coulibaly, fondateur de la troupe Sogolon et Adama Traoré, fondateur de Acte 7.

    Après Nice en 2013, les organisateurs des 8e Jeux de la Francophonie ont pour la seconde fois porté leur confiance sur un malien : Yaya Coulibaly. Il est à la tête du jury de la compétition des marionnettes géantes des 8è Jeux de la Francophonie.

    Pour les marionnettes géantes, notre compatriote dirige un jury de cinq membres. Au Mali et en Afrique, le travail abattu par Yaya Coulibaly n’est plus a démontré. En Afrique et même à travers le monde, difficile de parler de marionnettes sans faire référence au dinosaure incontesté de la culture malienne.

    Fondateur en 1980 de la troupe Sogolon, Yaya a donné le meilleur de lui-même dans la valorisation et la promotion des marionnettes à travers des spectacles dans le monde entier.

    L’originalité des marionnettes du Mali combinée à la dextérité de l’artiste fait que sa troupe est sollicitée un peu partout à travers le monde. En 2006, il expose au Musée de l’Or africain du Cap en Afrique du Sud. Yaya Coulibaly est un prince ignoré et merveilleux.

    Son univers est totalement dédié aux marionnettes. Sa maison est habitée, envahie, par des milliers de marionnettes de toutes tailles et de tous genres.

    Depuis plus de trente ans, Yaya Coulibaly caricature la société africaine et veille sur plus de 10 000 marionnettes, dont certaines datent du XVIe siècle.

    Yaya Coulibaly a formé des jeunes artistes qui volent aujourd’hui de leurs propres ailes. Avec ses masques, ses statuettes de bois, sur gaine ou sur tige, qu’il conçoit entièrement et qui peuvent mesurer jusqu’à trois mètres de haut, cet ancien élève de l’École nationale supérieure des arts de la marionnette (Esnam) à Charleville-Mézières, en France, caricature la société africaine depuis qu’il a fondé sa compagnie, Sogolon, il y a près de quarante ans, en 1980.

    Le professeur comme aime l’appelé certains, travaille des types de bois résistants au temps, des objets de récupération comme des boîtes de conserve ou autres, du fil de fer pour concevoir le mécanisme de ses génies.

    Adama Traoré dans le jury contes

    Plus connu au Mali comme le Président de l’association culturelle Acte Sept, organisatrice depuis 1996 du festival théâtral dénommée « Théâtre des réalités », Adama Traoré est membre du jury « conte ».

    L’homme compte parmi les monstres du théâtre malien. Aujourd’hui, personne ne peut parler de théâtre au Mali et faire une impasse sur le nom de ce natif de Sikasso qui a construit sa réputation à force de travail et de persévérance. Né en février 1962 à Sikasso, Adama Traoré est une fierté de l’Institut national des Arts (INA) de Bamako qui lui a décerné en 1986 son diplôme de fin de formation. Mais, avant d’obtenir son parchemin à l’INA, il s’était déjà révélé être un grand comédien. Il a joué sur plusieurs scènes de théâtres.

    Les expériences cumulées pendant plusieurs années lui ont valu une reconnaissance internationale. En plus d’être Président de l’association culturelle Acte Sept, Adama Traoré a été Président de jury de plusieurs festivals de théâtres dans le monde : Festival du théâtre de la fraternité Assahoum au Togo en 2001, les arts de la rue des 4èmes jeux de la Francophonie à Ottawa au Canada en 2001.

    A.S.

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce