Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Zimbabwe : la Cour juge légal le coup de force de l’armée

samedi 25 novembre 2017

La justice zimbabwéenne a jugé que le « coup de force de l’armée » qui a abouti à la démission du président Robert Mugabe était légal. Le tribunal de Harare avait été saisi par deux citoyens zimbabwéens. La décision est tombée, ce samedi 25 novembre. Les militaires ont pris le contrôle du pays, dans la nuit du 14 au 15 novembre, provoquant des protestations au niveau national et international. L’Union africaine a notamment mis en garde contre ce qu’elle estimait être un coup d’Etat par l’armée et a appelé à un retour au respect de la Constitution. lire sur RFI

mcoul

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques