Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Violence contre les représentants de l’Etat : Le SYNAC et le SYLMAT protestent

jeudi 21 juin 2018

Le syndicat autonome des administrateurs civils du Mali (SYNAC) et le syndicat libre des travailleurs de l’administration territoriale du Mali (SYLMAT), à travers un seet-in organisé le lundi 18 juin 2018 ont remis au gouvernent par le biais du ministre de l’administration territorial une déclaration de protestation contre les évènements survenus ces derniers jours et concernant des représentants de l’Etat. C’était au ministère de l’administration territoriale en présente du ministre et les secrétaires généraux de deux syndicats. Lisez l’intégralité de la déclaration !

A l’attention du gouvernement de la République du Mali, les Comités Exécutifs Nationaux du Syndicat Autonome des Administrateurs Civils et du Syndicat Libre des Travailleurs du Ministère de l’Administration Territoriale.

-  Considérant les énormes sacrifices consentis par les représentants de l’Etat de l’indépendance à nos jours, notamment lors des évènements majeurs que le pays a connus (évènements douloureux du Nord de 1990, 2006 et 2012, du 26 mars 1991, les conflits frontaliers, la mise en œuvre de la décentralisation, les contestations électorales, etc.) ;

-  Considérant que les représentants de l’Etat ont payé un lourd tribut dans toutes les crises et rébellions qu’a connues le Mali ;

-  Considérant l’engagement sans faille des Administrateurs Civils dans le renforcement de l’autorité de l’Etat et de l’unité nationale, parfois dans des conditions infrahumaines ;

-  Considérant la multiplication des menaces, notamment l’assassinat des Préfets, Préfets-Adjoints et Sous-préfets à Kidal en 2012, l’attaque ciblée contre le Sous-préfet de Ouinerden le 29 mai 2018, les relèves arbitraires des Préfets de Kolondièba et Koro, les enlèvements du Sous-préfet de Hombori, du Préfet de Ténenkou et de son chauffeur le 08 mai 2018, les destructions de lieux de travail, de domiciles et de biens personnels des Représentants de l’Etat à Kéniéba et Kani-Bonzon le 11 juin 2018 ;

-  Considérant les pressions politiques et sociales de toutes sortes pour briser la carrière et le moral des Représentants de l’Etat ;

-  Considérant l’accroissement des pratiques de substitution de pouvoir des autorités traditionnelles et certaines composantes de la société civile (organisations de jeunes et des chasseurs) au pouvoir des représentants de l’Etat ;

-  Considérant le principe statutaire selon lequel l’Etat est tenu de protéger les fonctionnaires contre les menaces, violences, voies de fait, injures, diffamations ou outrages dont ils pourraient être victimes à l’occasion de l’exercice de leurs fonctions, et de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté.

Dénoncent avec énergie ces actes odieux et mauvais traitements infligés aux représentants de l’Etat et de demander par conséquent au gouvernement de la république du Mali :

-  d’user de tous les pouvoirs à lui conférés par les textes pour assurer sans délai la sécurité et la protection des représentants de l’Etat ;

-  d’entreprendre toutes les actions urgentes pour la libération du Préfet de Ténenkou et de son chauffeur ;

-  de réparer dans les meilleurs délais les dommages causés aux représentants de l’Etat dans l’exercice de leur fonction ;

-  d’engager des poursuites contre les auteurs et complices des actes criminels et délictuels à l’égard des représentants de l’Etat sans considération de leur statut et de leur appartenance sociale et politique et d’informer régulièrement le SYNAC et le SYLTMAT des actions entreprises dans ce sens ;

-  de redéployer, sans délai, les représentants de l’Etat arbitrairement relevés de leurs postes ;

-  de traiter avec dignité et déférence le représentant de l’Etat quelles que soient la circonstance et la nature des pressions ;

-  de rappeler aux autorités traditionnelles et aux organisations de la société civile les limites de leurs interventions dans la gouvernance territoriale ;

-  d’affecter, en relation avec le ministre chargé de la Sécurité, une garde rapprochée à chaque représentant de l’Etat à domicile et au service.

La mise en œuvre des actions ci-dessus contribuerait à la restauration de l’autorité de l’Etat et à la sérénité des représentants de l’Etat dans l’exercice de leur fonction.

Fait à Bamako, le 18 juin 2018

Pour le SYNAC
Le secrétaire Général par intérim
Ousmane Christian Diarra

Pour le SYLMAT
Le Srcrétaire Général
Olivier Traoré

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques