Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Violation de la liberté de circulation dans le monde : Des Organisations de la société civile de l’Afrique de l’ouest se donnent un réseau de lutte

samedi 16 septembre 2017

Ce n’est un secret pour personne. Depuis quelques années, l’occident s’est installé dans une logique de se barricader. L’Europe prête à recevoir des millions de syriens, laissent mourir des milliers d’africains subsahariens dans la méditerranée. Non content de sa politique macabre le long de ses frontières, l’Europe a décidé d’externaliser sa lutte contre la migration, en mettant à contribution certains états africains qui vont faire la sale boulot à sa place. Face à cette volonté européenne qui ne respectant pas les conventions internationales en matière d’immigration, des organisations de la société civile des Etats de l’Afrique de l’ouest ont décidé de se donner la main. A Bamako, elles viennent de décider de la création du Réseau ouest africain pour la protection des droits des migrants, d’asile, de la liberté de circulation (RAO/PROD-MAC).

La réunion de Bamako qui s’est tenue du 27 au 28 aout 2017, après une première réunion qui a eu lieu à Nouakchott en 2013, a demandé aux Organisations de la société civile de tous les pays de l’Afrique de l’Ouest de mettre rapidement sur pied des réseaux nationaux.

Conforment à cette recommandation, 11 Organisations de la société civile malienne, engagées dans la lutte pour le respect des droits des migrants, ont décidé le 9 septembre 2017, de mettre sur pied le Réseau ouest africain pour la protection des droits des migrants, d’asile, de la liberté de circulation-Mali (RAO/PROD-MAC -Mali).

Cette nouvelle organisation faitière de la société civile malienne était le 16 septembre 2017 au centre d’une conférence de presse au siège de l’Association malienne des expulsés (AME).

« Que ce soit au niveau sous régional ou au niveau nation, le RAO/PROD-MAC vise à amener les Organisations de la société civile à mettre ensemble leurs ressources et leurs expériences pour être plus efficace et plus performants dans les actions et mobilisations de défense des migrants », a indiqué Ousmane Diarra, Président de l’AME, qui quelques minutes après ; nous a été présenté comme le tout nouveau président du Comité de pilotage du RAO/PROD-MAC -Mali.

Dans un rappel du processus qui a conduit à la création de ce réseau en Afrique de l’Ouest et au Mali, Ousmane Diarra que l’initiative date de 2013. « C’est lors d’une rencontre organisée par l’Association mauritanienne des droits de l’homme à Nouakchott que la décision a été prise pour créer un réseau ouest africain de défense des droits des migrants. Mais, comme à cette rencontre, il n’y avait pratiquement pas plus de 4 organisations, dont l’AME, Alternative Niger et l’AMDH, il nous a fallu attendre 2017 pour regrouper les délégués, membres des OSC de 9 pays de l’Afrique de l’Ouest pour jeter la base de ce réseau qui a vocation à regrouper tous les OSC de l’espace CEDEAO plus la Mauritanie », a expliqué Ousmane Diarra. Avant d’ajouter que des démarches sont en cours pour faire venir les OSC des pays anglophones et lusophones de la sous région.

En sa qualité de secrétaire exécutif du bureau national de coordination du RAO/PROD-MAC –Mali, Mamadou Lamine Bane du Haut conseil des maliens de l’extérieur, a indiqué que l’Union européenne, face à un certain nombre de difficultés est en passe de mettre en cause de façon unilatérale la liberté de circulation, notamment à l’encontre des subsahariens. « Nous n’avons pas le choix, nous sommes obligés de nous donner la main pour participer à la négociation du pacte mondial en gestation », a-t-il déclaré. Avant de lever le voile sur le nom des membres du Comité de pilotage du RAO/PROD-MAC –Mali.

Selon lui, le Comité de pilotage comprend les représentants des 11 organisations maliennes qui ont participé à la mise en place du réseau national. Plus précis, il dira que le comité de pilotage est présidé par Ousmane Diarra de l’AME et a pour vice-président Mamadou Goita de l’IRPAD.

Quant au bureau national de coordination, il dira que le secrétaire exécutif s’appelle Mamadou Lamine Bane du HCME et le secrétaire exécutif adjoint est Sabane Touré de CAD-Mali.

Le trésorier et le trésorier adjoint de bureau sont respectivement Mme Doumbia Souad Touré de l’AME et Mme Diory Traoré de l’AME.

Le rapporteur, chargé de la communication et le rapporteur, chargé de la communication adjoint sont Moussa Traoré de l’IMAF et Aly Koné de ENDA.

Pour bien réussir la mission, le Comité de pilotage a été renforcé par trois commissions techniques : La Commission migration et développement est présidée par Mamadou Diakité de l’ARACEM ; la Commission migration et droits humains est présidée par Mohamed el Béchir Singaré de Amnesty Mali et la Commission recherches et migration est présidée par Bréhima Ely Dicko de l’Université de Bamako (FLASH).

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques