Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Vie associative : L’ADEMA Association à la conquête de la jeunesse malienne

lundi 31 octobre 2016

Dans le cadre de la commémoration de son 26ème anniversaire, l’association ‘’Alliance pour la Démocratie au Mali’’ (A.DE.MA), a organisé une conférence débats sous le thème « la vie associative et la jeunesse ». Elle s’est tenue le 29 octobre 2016, à la pyramide du souvenir. L’objectif : échanger entre maliens (jeunes et moins jeunes) sur des questions d’intérêt national.

La conférence était animée par le secrétaire adjoint à la formation de l’association Alliance pour la Démocratie, en présence de la présidente de l’association A.DE.MA, Mme Sy Kadiatou Sow, Ali Nouhoum Diallo, ancien président de l’Assemblée nationale du Mali. Ainsi que d’autres personnalités.

« Depuis la relance de nos activités en 2009, nous avons organisé de nombreuses conférences débats qui ont constitué de véritables espaces de rencontres, d’informations et surtout d’échanges entre malien (jeunes et moins jeunes) sur des questions d’intérêt national et nous avons déploré au cours de ces débats, la faible mobilisation de nos concitoyens, en particulier les jeunes », a déclaré Mme la présidente. Dans son intervention, elle a souligné que, les jeunes accordent peu d’intérêt à ce genre d’activité. Ils sont plus soucieux, de ce qui se passe ailleurs, sur les réseaux sociaux et autres.

« Les jeunes constituent la frange la plus importante de la population et les principaux acteurs de la construction du présent et de l’avenir de notre pays », a-t-elle souligné.

Mme Sy Kadiatou Sow, dans son intervention a retracé le rôle déterminant des associations de jeunes dans l’avènement de la démocratie au Mali en mars 1991. Elle a rappelé que, lors de la dernière assemblée générale, le renouvellement du comité directeur a permis l’entée de nombreux jeunes (1/3 des membres). Elle dira qu’il n’ya pas d’âge pour servir dignement son pays.

Pour sa part Dountan Coulibaly, secrétaire adjoint à la formation de l’association Alliance pour la Démocratie, dira que l’association a aujourd’hui un défi de taille à relever : celui d’amener le maximum de jeunes pour la rendre plus forte et plus performante. Il dira que les jeunes doivent comprendre que les associations nées avec l’avènement de la démocratie ont compris que dans l’exercice du pouvoir les dérives ne sont jamais loin. C’est ainsi que l’association A.DE.MA née de cette mouvance, l’a tout de suite compris et a toujours œuvré pour sauvegarder et consolider les acquis démocratiques.

« Elle est sans nul doute la sentinelle incontestée de notre démocratie, et ce rôle doit revenir à la jeunesse d’où la nécessité absolue de se mobiliser pour qu’elle occupe sa place au lieu de vouloir empiéter sur celle des ainés », a fait savoir le secrétaire adjoint à la formation de l’association Alliance pour la Démocratie. Selon lui, l’association A.DE.MA a la spécificité en fonction de ses objectifs dans ses statuts et règlement intérieur de sauvegarder les libertés publiques fondamentales et de travailler à la consolidation d’une société démocratique et pluraliste.

Bien organisée et bien structurée, d’après le secrétaire adjoint à la formation de l’association A.DE.MA, elle constituerait une force et une dynamique capable de faire changer les choses en dénonçant les mauvaises pratiques avec les impacts négatifs. Selon M. Coulibaly les premières associations de jeunesse n’ont pas passé le flambeau aux plus jeunes et finalement, elles se sont consumées dans leur main. « L’engagement dans la vie associative n’est pas incompatible avec l’engagement politique » a-t-il souligné.

Cette jeunesse dispersée est utilisée à des fins électorales. Rarement consultée pour les décisions nationales majeures, méprisée et dévalorisée par la classe politique. Face à ce constat, Dountan Coulibaly a proposé des solutions et il a déclaré que l’association est un tremplin pour la jeunesse car elle contribue au développement de notre pays sur tous les plans.

Bintou Coulibaly (stagiaire)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en