| |

Viande bovine à Bamako et Kati : Le kilogramme avec os sera vendu à 2300 FCFA et sans os à 2800 FCFA

mardi 6 juillet 2021

A partir du 12 juillet 2021, le Kilogramme de viande bovine avec os sera vendu à 2 300 FCFA et le kilogramme de viande bovine sans os va coûter 2800 FCFA. Le 6 juillet 2021, ces prix étaient au centre de la signature d’un protocole d’accord entre le Gouvernement du Mali, représenté par Mahmoud OULD MOHAMED, Ministre de l’Industrie et du Commerce et les syndicats des bouchers, représentés par Hamsourlaye Diallo, Secrétaire Général de la Section UNTM et Gaoussou Traoré, secrétaire général de la section CDTM. 

Pendant 2 mois, les populations de Bamako et Kati pourront faire un ouf de soulagement. Grâce à un accord entre le Gouvernement et les syndicats de bouchers, du 12 juillet au 11 septembre 2021, le kilogramme de viande bovine avec os sera vendu à 2 300 FCFA et celui de viande bovine sans os va coûter 2 800 FCFA.

« Dans le soucis de préserver le pouvoir d’achat des populations, nous avons négocié avec les syndicats des bouchers pour rendre le kilogramme de viande bovine abordable aux consommateurs », a indiqué Mahmoud Ould Mohamed, Ministre de l’Industrie et du commerce. Selon lui, ces négociations n’ont pas du tout été faciles, parce qu’il fallait tenir compte de la situation économique des acteurs de la filière bétail-viande.

Et, au regard de l’accord intervenu entre le Gouvernement du Mali et les syndicats des bouchers, le ministre a tenu à saluer les acteurs pour leur engagement patriotique à soulager les difficultés des populations.

« On l’a fait avec le ciment. Aujourd’hui, on le fait pour la viande. Et, allons continuer avec les négociations pour avoir des prix abordables à la population pour d’autres produits de grande consommation », a-t-il déclaré. Avant d’annoncer que cette opération de réduction du prix de la viande va commencer la semaine prochaine, le temps de mettre en place la logistique qui doit accompagner le processus.

Pour parvenir aux prix indicatifs plafonds du kilogramme de la viande bovine avec os à 2 300 FCFA et la viande bovine sans os à 2 800 FCFA, il faut dire que l’état du Mali va consentir à un grand sacrifice.

Au nom de l’état, le Ministère de l’Industrie et du Commerce à payer aux bouchers abattants une subvention à la consommation de 45 000 FCFA par carcasse de bœuf abattu. Pour ce faire, il a été dit que toutes les dispositions ont été prises pour suivre la bonne exécution du protocole. Déjà, l’on a annoncé la mise en place de commissions de suivi des opérations d’abattage au niveau d’un certains nombre d’abattoirs retenus pour l’opération. Ce sont : l’Abattoir sans fil, l’Abattoir de Sabalibougou, l’aire d’abattage de Kanadjiguila et l’aire d’abattage de Kati.

Aussi, les services de la DGCCC, vont suivre l’effectivité de l’application des prix indicatifs plafonds au niveau des points vente. « Le non-respect de ces prix est puni conformément à la règlementation en vigueur », indique le protocole d’accord. Il y est aussi indiqué que les parties procéderont à une évaluation hebdomadaire de l’opération assortie de mesures correctives, le cas échéant, pour en assurer le bon fonctionnement.

Hamsourlaye Diallo, Secrétaire Général de la Section syndicale des bouchers de l’UNTM, a salué l’engagement et le dévouement du Ministre de l’Industrie et du Commerce. « Vous avez été patient, sinon personne n’ignore les difficultés que les bouchers vivent », a-t-il déclaré. Avant de conclure : « Nous sommes prêts à vous accompagner ».

Pour sa part, Gaoussou Traoré, secrétaire général de la section CDTM, a invité tous les bouchers à respecter le protocole d’accord en vendant la viande avec os à 2 300 FCFA le kilogramme et la viande sans os à 2 800 FCFA le kilogramme.

Au nom de l’ensemble des Associations de consommateurs du Mali Abdoulaye Ballo, Président de l’Association Libre des Consommateurs maliens, s’est réjouit de la signature de ce protocole d’accord entre le Gouvernement et les syndicats de bouchers. Il a salué le Gouvernement et les boucher pour cet effort qui vise à réduire les souffrances des populations maliennes.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav