Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Vente des vignettes d’engins à deux roues à la Marie du District de Bamako : A qui profite le calvaire des usagers ?

lundi 13 février 2017

Depuis plus d’une semaine, tôt le matin, la Mairie du district de Bamako est prise d’assaut par de nombreux usagers d’engins à deux roues. A peine certains passent une nuit correcte chez eux. Ils y accourent très tôt dans l’espoir d’avoir un bon positionnement dans les rangs, afin de se procurer la vignette de leur mobylette. Mais, malheureusement, vu le nombre élevé des usagers, nombreux sont ceux qui sont contraints de passer le clair de leur temps, voir toute la journée dans un rang interminable. Or, une meilleure organisation de la vente de ces vignettes dans un système décentralisé au niveau des communes du District pourrait éviter des désagréments aux usagers et leur donner la possibilité d’utiliser ce temps précieux perdu inutilement dans les rangs pour vaquer à leurs occupations professionnelles.

C’est parti pour la vente de vignette 2017. Et, c’est aussi parti pour un moment de grand stress chez les détenteurs d’engins à deux roues à Bamako. Malgré leur nombre élevé, tous les propriétaires d’engins à deux roues dans le District de Bamako, doivent se procurer la vignette qui coûte 6 000 Francs CFA, avant le 31 mars 2017. Ce délais dépassé, tout propriétaire d’engin à deux roues, se verra appliquer une pénalité allant du simple au double, en cas de contrôle.

Pour éviter de tomber sous le coup de cette sanction, les propriétaires d’engin à deux roues se bousculent à la Mairie du District de Bamako, centre unique de vente pour toute la ville de Bamako. Et, cela n’est pas sans créer d’énormes désagréments aux usagers qui n’ont pas que pour seule occupation de se procurer la vignette.

Le sous développement quand tu nous tient

Quand on passe ces deux jours devant la Mairie du District de Bamako, aucun citoyen consciencieux ne peut ne pas se révolter du traitement réservé aux usagers du service public à cause de la vignette moto, source considérable de revenus pour les services d’assiette du District.

Soucieux d’accomplir leur devoir citoyen, qui consiste ici à l’achat de la vignette, ils sont maintenus dans des rangs interminables du fait d’une mauvaise volonté des autorités du District à mieux organiser la vente des vignettes.

Et, cela démontrent à souhait que certaines autorités maliennes se plaisent dans une approche de sous développement. Si non comment comprendre aujourd’hui, où les moyens techniques sont devenus accessibles à tous les habitants de la terre que la Mairie du district continue avec cette façon dépassée de vendre la vignette aux usagers. A croire que certains ont un intérêt particulier dans ce dispositif de vente désuet.

L’occasion faisant le larron, des réseaux mafieux se sont mis en place. Et aujourd’hui, tout porte à croire que des responsables au niveau de la Mairie du District sont plus préoccupés par la survivance de ces réseaux mafieux qui raquettent les usagers pressés, que par l’amélioration du dispositif de vente, afin de servir les citoyens, sans trop de désagréments.

Dramane Diarra, transporteur de son état, est formel. « L’acquisition de la vignette cette année relève d’un parcours de combattant. C’est la deuxième fois que je viens et je retourne bredouille à la maison. La démarche est lente et on nous fait trainer sous le soleil pendant toute la journée. Vraiment, si les responsables de la mairie pouvaient décentraliser la vente dans d’autres municipalités de la ville, cela pourrait diminuer progressivement toutes ces tracasseries et nous aider à économiser notre temps », a-t-il souhaité.

Quant à Amadou Keita, propriétaire d’une moto Jakarta, le jeu en vaut la chandelle. « Cette longue file d’attente est difficile à supporter. Mais dans la mesure où elle nous permet d’acquérir la vraie vignette par la voie la mieux indiquée, nous sommes obligés d’accepter », a-t-il indiqué. Avant d’ajouter qu’il « pense que cette démarche est nécessaire bien que difficile, elle est mieux sécurisée ». Il nous a raconté une anecdote : « Pour la petite histoire, l’année dernière , j’ai eu des difficultés avec certains agents de la sécurité sous prétexte que ma vignette était fausse alors que je l’avait acheté avec les agents chargés de la vente de cette pièce dans un point de livraison ».

Magouille de certains agents de la Mairie

Les usagers sont contraints de passer le clair de leur temps, voir des journées pour entrer en possession de cette précieuse pièce. Et, cela favorise la corruption.

De son coté, Adama Diarra a dénoncé la magouille de certains agents de la mairie. « Ce qui nous exaspère dans cette histoire, c’est le comportement indécent de certains agents de la Mairie qui font de la magouille. Ils prennent 1 500 fcfa avec certains usagers, venant généralement en retard, pour leur faciliter l’accès à la quittance », s’est-il-indigné.

Adama Diarra, sans le savoir a mis le doigt sur la raison principale des longs rangs devant la marie du district. Ce sont des rangs entretenus qui permettent à des individus de faire injustement et illégalement de l’argent sur le dos des contribuables.

Face à cette flopée des motocycles devant et dans la cour de la Mairie, nous avons tenté plusieurs fois de rencontrer les responsables de la Mairie pour en savoir plus. Nos tentatives ont été vaines. Aucun responsable de la Mairie n’a voulu s’assumer. Et, cela nous pousse à croire que les usagers son victimes d’un système organisé au sein de la mairie du district de Bamako. Mon dieu qu’est ce que cela pourrait coûter à la Mairie du District de décentraliser la vente des vignettes dans les 6 communes du District de Bamako, afin que les usagers puissent s’acquitter dans de bonnes conditions de leur devoir citoyen qui consiste à l’achat de la vignette.

Dans un pays comme le Mali où la décentralisation est une réalité, l’on se demande pourquoi ne pas décentraliser pour mieux servir le maximum de gens et en si peu de temps ? De quoi ont-t-ils peur ? A qui profit donc le calvaire des usagers ? Ce calvaire n’est-il pas entretenu pour permettre aux réseaux mafieux de se remplir les poches ? Ou bien, il vise simplement à empêcher le maximum d’usagers à entrer en possession de leur vignette dans le délai imparti et de les obliger d’une manière ou d’une autre à tomber sous le coup de la pénalité ?

En attendant des réponses claires, les paisibles citoyens sont contraints de passer des journées sous le soleil ardent devant la Mairie du District pour avoir la simple vignette de moto. C’est aussi ça le Mali des temps modernes où l’administrateur n’a aucun respect pour les citoyens, sa raison d’être. Quelle honte ?

Assane Koné et Moussa Mallé SISSOKO

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !