Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Unité nationale, paix et développement : Les ménagères du Mali se donnent la main pour une participation de qualité

samedi 23 septembre 2017

« Finissons enfin avec ce principe qui soutient à tord que seul le diplôme est la référence. Nous les ménagères avons des apports, des contributions qui sont autant de valeurs ajoutées de notre groupe cible ». Cette déclaration a été faite, le 21 septembre 2017, par Mme Kadissa Koureissi, Présidente du Mouvement des ménagères conscientes en action, lors du lancement de ce nouveau Mouvement, au Centre Awa Keita.

Dans le Mali démocratique, plus rien ne sera comme avant. « Désormais nos voix vont compter » est la devise d’un nouveau mouvement de femmes qui vient de voir le jour au Mali. Les ménagères du Mali, longtemps considérées comme la 5ème roue de la charrette, ont décidé de donner de la voix pour réclamer la place qui est la leur dans le développement du Mali.

Regroupées sous la bannière du Mouvement des ménagères conscientes en action (MMCA-Mali), des femmes et jeunes filles maliennes ont décidé de prendre leur destinée en main.

Pour donner le ton de leur engagement à faire changer les conditions de la femme ménagère au Mali, sous la conduite de Mme Kadissa koureissi, le 21 septembre 2017, veille du 57ème anniversaire de l’indépendance du Mali, plusieurs centaines de femmes ont pris d’assaut le Centre Awa keita, notamment la salle de conférence multifonctionnelle « Espace d’échange et de partage », qui a refusé du monde. Celles qui étaient installées dans la cour étaient plus nombreuses que celles qui avaient eu une place dans la salle pleine comme un œuf.

Aucune de ces femmes ne voulaient se faire conter la cérémonie de lancement du mouvement qui se propose de prendre en charge leurs préoccupations de femmes ménagères.

« Nous ménagères, nous sommes plus que conscientes que le drame de la division, nous a fait reculer sur nos acquis de liberté et de dignité », a déclaré Mme Kadissa Koureissi, Président du MMCA-Mali. Selon elle, contrairement à une pensée encrée dans les mentalités, les ménagères sont conscientes que le dialogue sociale au service du vivre ensemble ne peut être porté que par les femmes, compte tenu de leur rôle de procréatrice et de protectrice.

« Cet évènement de prise de conscience des femmes de la base, qui exercent un métier non reconnu, mais qui a fait et continue de faire des hommes et des femmes qui sont des fiertés et des références », a-t-elle indiqué. Avant d’ajouter que cette force veilleuse, a décidé de se réveiller pour bâtir avec ses partenaires hommes, une vision, notre nation.

Mieux, elle a ajouté que c’est conscientes de leur rôle de pilier des ménages, que les ménagères du Mali pensent qu’elles ont une obligation, mais surtout un devoir d’apporter leur contribution à la reconstruction du pays.

« Cheres sœurs, nous devons agir vite, car la réalité de notre pays aujourd’hui nous invite à choisir ensemble des voies et moyens de jouir de notre citoyenneté », a-t-elle lancé en guise d’invitation à l’action. D’autant plus qu’elle estime que le moment est arrivé de plus accepter d’être gérées par des humeurs car la gent féminine, surtout les ménagères, constituent la grande majorité de la population malienne. Pour cela, elle dira : « Finissons enfin avec ce principe qui soutient à tord que seul le diplôme est la référence. Nous les ménagères avons des apports, des contributions qui sont autant de valeurs ajoutées de notre groupe cible ».

Pour sa part, Mme Guiré Mariam Diallo, Conseillère municipale et représentant du Maire de la Commune III à la cérémonie, a félicité les ménagères pour cette initiative qui vise à mobiliser les femmes pour l’unité, la paix et le développement du pays. Elle a rassuré le nouveau Mouvement du soutien de la Mairie de la Commune III.

Fatimata Kamissoko, Attaché de Cabinet au Ministère de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, au nom de Madame le ministre a salué Kadissa Koureissi pour cette action qui vise à créer un cadre fédérateur des femmes ménagères du Mali, qui ont sûrement des préoccupations particulières. « Le département de la promotion de la femme est heureux de cette initiative d’union des femmes pour le développement », a-t-elle conclu.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !