| |

Transformation sociale : Les cadres supérieurs du ministère de la culture revisitent les politiques culturelles du Mali

jeudi 8 juillet 2021

Dans l’objectif d’amener les cadres supérieurs du ministère de l’artisanat, de la culture, de l’industrie hôtelière et du tourisme du Mali, à s’approprier des notions, outils et des corrélations entre politiques culturelles, gouvernance et processus de transformations sociales ; et surtout les édifier sur le processus d’élaboration et de mise en œuvre de la planification culturelle dans les contextes fragiles (conflictuels), la Direction nationale de l’action culturelle, pour le compte du Ministère de l’artisanat, de la culture, de l’industrie hôtelière et du tourisme du Mali, a organisé un atelier sur « les politiques culturelles au sein des processus de transformation sociale ».

Cet atelier, organisé en partenariat avec le projet GIZ/Donko ni Maaya, doit durer du 8 au 10 juillet 2021, doit amener les cadres supérieurs du ministère de l’artisanat, de la culture, de l’industrie hôtelière et du tourisme du Mali et des cadres supérieurs des autorités régionales, à revisiter les modèles et systèmes de gouvernance de la politique culturelle du Mali et ses instruments dans une optique d’innovation en rapport avec la consolidation de la paix dans le pays.

Thièkoro Coulibaly, Conseiller Technique au projet « Prévention de crise et renforcement de la cohésion sociale à travers la promotion du secteur de la culture au Mali », a indiqué que cet atelier qui s’adresse à des acteurs clés en charge de veiller au bon pilotage de la politique culturelle au Mali ne pouvait que bénéficier de notre l’accompagnement, de leur projet, plus connu sous le nom de projet GIZ/Donko ni Maaya. « Nous sommes convaincus de la pertinence de cette formation d’autant qu’elle impactera à long terme sur le rôle de la culture comme facteur de refondation et de consolidation sociale », a-t-il déclaré.

Il a rappelé que le projet GIZ/Donko ni Maaya vise à promouvoir la culture urbaine immatérielle en soutenant la professionnalisation des centres culturels et des initiatives culturelles sur des sujets d’intérêt social et la participation des jeunes à la vie culturelle. « Depuis le lancement du projet GIZ/Donko ni Maaya en février 2019, les acteurs du domaine de la culture, particulièrement les entrepreneurs culturels et jeunes artistes nourrissent de l’engouement de plus en plus croissant à son égard », a-t-il déclaré. Avant d’annoncer qu’en ce qui concerne le partenaire institutionnel (le Département de la culture), les relations n’ont eu de cesse de se raffermir à travers les nombreuses initiatives portées par ses services décentralisés. A titre d’illustration, il a rappelé la collaboration avec la Direction de l’Action Culturelle(DNAC) avec qui le projet GIZ/Donko ni Maaya a entrepris et réalisé des activités majeures pour la promotion de la culture et la paix au Mali.

Il a dit merci à la facilitatrice de l’atelier, Prof. Milena DragićevićŠešić, de nationalité Serbe, mise à disposition par le partenaire scientifique, du projet GIZ/Donko ni Maaya, qui est l’Université de Hildesheim d’Allemagne.

« Ce projet financé par le Ministère fédéral des Affaires étrangères allemande et mis en œuvre par la GIZ reste inscrit dans la coopération étroite entre nos deux pays ». La déclaration a été faite par Dr Hannah Dönges, Première Secrétaire Affaires politiques et économiques, à l’Ambassade de la République Fédérale d’Allemagne à Bamako.

Elle a déclaré qu’« il est indéniable que la culture est un facteur d’unité et de stabilité. Elle a forgé la résilience séculaire du peuple à traverser les crises les plus improbables ». Et, sur la base de constat, au nom de l’Ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Mali, elle a indiqué qu’elle était convaincue du choix pertinent du ministère en initiant l’atelier sur le thème des politiques culturelles au sein des processus de transformation sociale. Pour la simple raison, elle dira qu’ « une évolution positive de la société repose aussi sur une bonne politique culturelle qui projette des perspectives pour les générations futures ».

Dr Hannah Dönges a indiqué que la République Fédérale d’Allemagne veillera à la réussite de cette première expérience de soutien à la culture au Mali. « D’ores et déjà, notre ambassade est encouragée au regard des résultats obtenus à ce jour », a-t-elle déclaré. Avant de rappelé que la vision du projet GIZ/Donko ni Maaya, reste un Mali débarrassé de toute violence et dont le vaillant peuple retrouvera la paix définitive fondée sur ses riches valeurs culturelles.

Pour sa part, Andogoly Guindo, Ministre de l’artisanat, de la culture, de l’industrie hôtelière et du tourisme, a rappelé que « Le Mali a toujours été un foyer de créativité et l’héritier d’un patrimoine culturel inestimable ». Selon lui, « la culture est un secteur d’activités à part entière, qui a ses acteurs spécialisés et ses besoins spécifiques, mais aussi une matière transversale par excellence, qui entretient des liens avec tous les autres domaines de politique sectorielle ».

Andogoly Guindo est convaincu que la culture c’est également un secteur dont la vitalité ne dépend pas seulement des pouvoirs publics mais aussi et surtout du dynamisme de ses acteurs indépendants et de l’engagement de toutes les forces vives de la société en sa faveur. Il a rappelé qu’au lendemain de l’Indépendance, les régimes successifs ont mis en place une politique culturelle forte et volontariste, dans le but essentiel de promouvoir une unité nationale fondée sur le sentiment d’une identité commune.

« Mon département à travers la Direction nationale de l’Action Culturelle, en collaboration avec le Projet Donko ni Maaya, organise cet atelier de formation sur le thème : « Politiques culturelles au sein des processus de transformation sociale », à un moment critique de la vie de notre nation durement éprouvée par une crise multidimensionnelle », a-t-il déclaré. Avant de dire que le sens de cette formation s’inscrit dans une dynamique d’élaboration et de mise en œuvre des politiques culturelles en vue d’améliorer les actions et interventions en lien avec la bonne gouvernance et les transformations sociales. « Il s’agira au cours de cet atelier, de définir certains concepts clés de la politique culturelle notamment la participation culturelle, la diversité culturelle, le dialogue interculturel, les droits culturels, l’identité culturelle, le développement duradurable », a-t-il indiqué.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav