• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Election présidentielle au Mali : l’Appel au calme du Consortium Panafricain des Observateurs Electoraux de la Société Civile Africaine et de la Diaspora en Europe

    « Cette proclamation provisoire qui provient après une centralisation et consolidation des résultats en toute transparence devant les représentants des candidats et aussi en présence d’observateurs nationaux et internationaux, notre Consortium se félicite que

    Présidentielle au Mali/ MIOE-O2A : « le 2ème tour de l’élection présidentielle … a été libre, transparente et équitable »

    « La mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) considère que le second tour de l’élection présidentielle du 12 août 2018 a été libre, transparente et équitable ». La déclaration a été faite Tetevi Nyatefe Eli,

    Second tour de la présidentielle au Mali : Que dit la Mission d’observation électorale de la société civile africaine ?

    "Nonobstant quelques insuffisances, La mission d’observation électorale de la société civile africaine (LA MOESCA) s’accorde pour affirmer que le deuxième tour de l’élection présidentielle du 12 aout 2018 en République du Mali s’est déroulé dans un climat apaisé,

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Théâtre malien : Les praticables, le laboratoire qui va révolutionner le secteur

    vendredi 25 mai 2018 , par Assane Koné

    Démarrée il y a environ deux ans, les praticables s’imposent comme la voie sûr pour redorer le blason du théâtre malien. Longtemps connu comme un pays de théâtre, force de reconnaître que depuis quelques années, le théâtre malien est en berne. A part ACTE 7 de Adama Traoré qui donne des coudes pour faire vivre le secteur du théâtre au Mali, les initiatives deviennent de plus en plus rares. Mais fort heureusement, depuis bientôt deux ans, une nouvelle initiative porteuse d’espoir a vu le jour, sous la houlette de « KUMA SÔ », dirigé par Lamine Diarra : Les praticables.

    En octobre 2018, Bamako-Coura, dans la rue 369, derrière l’Institut français du Mali, les bamakois pourront venir voir des pièces de théâtres « Made in Mali ». La précision Made in Mali est très importante, parce que les textes sont écrits et mis en scène par des jeunes maliens pétris de talent. En prélude à cette fête du théâtre au Mali, à travers un « grin » de lecture, le jeudi 10 mai 2018, les organisateurs ont levé un coin du voile des textes en préparation, qui seront probablement mis en scène.

    Pour ce « grin » de lecture, et surtout pour montrer son engagement à recevoir cette manifestation dans son quartier, chef de quartier de Bamako –Coura, entouré de ses conseillers, s’est offert une place de choix dans le public, sur les gradins installés pour la circonstance. Et, c’est devant ce public très bien intéressé que les 7 jeunes auteurs, sous la direction de Aristide Tarnagda, Directeur artistique des Récréatrâles de Ouagadougou, ont lu leurs textes, fruits d’un atelier d’écriture de quelques jours.

    Fatoumata Dembélé a présenté son texte intitulé : « Noerie ». Ce texte traite de la question de la maltraitance des aides ménagères et de la thématique du mariage forcé. Honorine Diama a lu son texte intitulé « Delia », qui est une révolte contre les assassinats de femmes par leurs époux à Bamako. Faly Traoré, pour sa part, a lu le texte « Arama » qui pose le problème de la stérilité des hommes dans le couple. « Amertume » est le titre du texte de Assitan Klénégué Traoré, qui met en scène Oumar, sa mère et son père qui les a abandonnés. Pour sa part, Alssitan Boucary Maïga, nous a proposé un texte intitulé « Dion Dialaki ». Ce texte porte sur le changement de comportement du jour au lendemain d’un père de famille. Altruiste pour ses administrés et démoniaque pour les siens, le Père, gouverneur de région va assister à l’éclatement sa famille. « Ma prière » est le texte que nous a proposé Abdoul-Baky Touré. Ce texte traite de la vie d’une jeune fille qui va se marier à un homme âgé de 50 ans, afin d’avoir un passeport pour l’Espagne. Pour son jeune frère. « Cousue main », le texte de Jeanne Diama, traite de la situation d’une jeune fille après une guerre ethnique qui a duré 20 ans.

    Comme vous le voyez, si ces textes aboutissaient, il n’y a aucun doute, les ateliers de mises en scènes seront très riches et le public aura la chance de voir de très belles pièces de théâtre. Et, la devise de KUMA SÔ qui consiste de « faire de rien quelque chose », recouvre tout son sens.

    « Les praticables, est un processus de formation et de création. Nous sélectionnons des jeunes auteurs pour des résidences d’écriture. Les textes vont passer ensuite dans un laboratoire de mise en scène pour donner des pièces de théâtres », a indiqué Lamina Diarra, initiateur des Praticables à Bamako-Coura.

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce