Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Syndicat autonome des administrateurs civils : Ousmane Christian Diarra élu secrétaire général à la tête d’un bureau de 25 membres

mardi 8 janvier 2019

Les administrateurs civils du Mali regroupés dans le Syndicat autonome des administrateurs civils (SYNAC), ont organisé du 5 au 6 janvier 2019, leur 5ème Congrès ordinaire. A l’issue de ce Congrès, Ousmane Christian Diarra a été élu secrétaire général du SYNAC, à la tête d’un bureau de 25 membres.

« Vous venez de placer en nous votre confiance en nous désignant, pour 5 an, portes étendards de la lutte pour le bien-être moral et matériel de tous les administrateurs civils du Mali. Votre confiance nous honore et nous mesurons à sa juste valeur cet honneur car il n’y a rien de plus grand et de plus réjouissant que l’estime des siens ! Mes camarades et moi tâcherons, du mieux de notre dimension humaine, de ne pas vous décevoir ». C’est par ces propos que Ousmane Christian Diarra, nouveau secrétaire général du SYNAC a introduit ses propos tout juste après sa désignation.

Et, pour montrer que le bureau mis en place aura besoin de l’engagement chaque militant pour faire aboutir les revendications futures, il a été on ne peut plus claire. « Hommes nous sommes, hommes nous demeurerons ! Nous n’aurons pas de baguette magique, ni de pouvoirs extraordinaires pour faire bouger les lignes sans votre détermination, votre engagement individuel et collectif, sans l’union et la solidarité de tous les membres de la famille, où qu’ils soient », a-t-il déclaré. Avant de préciser que le Comité exécutif mis en place a besoin du soutien de tous les membres.

En effet, Ousmane Christian Diarra a estimé que l’engagement des membres du SYNAC aux côtés du Comité exécutif doit se manifester et se sentir concrètement par l’acquittement correct des cotisations, la participation effective aux activités, la solidarité, l’unité, la communication permanente et la sensibilisation des administrateurs civils qui n’ont pas encore fait acte d’adhésion formelle au syndicat.

Des points d’accord contenus en 2001 attendaient toujours leur application en 2018

Expérimenté, Ousmane Christian Diarra est convaincu que « le combat à mener est encore plus rude ». Selon lui, quelques points d’accord ont été obtenus avec le Gouvernement, mais il faut se battre pour leur application. « Souvenez-vous que des points d’accord contenus dans le procès-verbal de 2001 attendaient toujours leur application en 2018 », a-t-il rappelé. Avant d’attirer l’attention de ses camarades sur le fait que leurs principales doléances, entre autres les deux statuts, l’octroi de primes et indemnités de logement et de technicité, l’élaboration d’un plan de carrière, etc., datent depuis les premières années du syndicat. « Je vous engage donc à la vigilance et à la mobilisation pour éviter à notre organisation le fléau de la division qui décime les forces les plus enviées », a-t-il prévenu.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.