• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Sensibilisation des jeunes sur les droits de l’Homme : La Trijeud-Mali fait le point

    lundi 31 octobre 2016 , par Assane Koné

    Les responsables de la Tribune Jeunes pour le droit au Mali (Trijeud-Mali) ont animé une conférence de presse, le jeudi 27 Octobre 2016 dans ses locaux. Objectif de cette rencontre, selon les membres de l’organisation était d’informer l’opinion nationale et internationale de l’exécution de son projet dénommé : « Campagne de formation et de sensibilisation des jeunes sur les droits de l’homme au Mali ». Ce projet qui a duré un an et a été exécuté dans les villes de Bamako et de Tombouctou avec un coût global de 15 millions de Fcfa.

    Ce vaste projet piloté par la Tribune Jeunes pour le Droit au Mali (Trijeud-Mali) a été financé par le Fond National pour la démocratie (NED). Selon le président de la Trijeud-Mali, M. Abdourhamane Haidara, ce projet consistait à sensibiliser les jeunes sur les questions de droits de l’homme. Face aux enjeux de la paix et la réconciliation nationale, pour lui, « une lutte efficiente contre l’impunité et la violation des droits de l’homme est une nécessité en vue de contribuer à la prise en compte des questions de droits de l’homme en période post-crise ».

    Le projet fut exécuté dans les villes de Bamako et de Tombouctou. Selon la présentation du Coordinateur du projet, M. Ibrahim Cissé, le programme de cette campagne a été réalisé en 4 phases à savoir : la première phase a permis de prospecter le District de Bamako (Ministère de l’éducation, Amdh, Misahel, Cvjr et le médiateur de la république). Quant à la seconde étape, elle s’est confinée sur l’atelier de formation dans la ville de Tombouctou sur les thématiques comme droits de l’Homme, instruments juridiques etc. Elle a vu aussi la mise en place de la cellule de veille de Tombouctou. S’agissant de la 3ème phase, elle s’est intéressée aux conférences publiques dans les communes II, IV et V sur le thème : jeunesse, Halte aux atteintes aux droits à la vie ! Elle a servi d’occasion pour sensibiliser les populations sur les droits de l’homme. Et enfin, la 4ème et la dernière phase a permis de s’enquérir des conditions de détentions des jeunes dans les commissariats.

    Une clinique juridique pour jeunes

    A en croire Jeanne Diarra, responsable de la clinique juridique de la Trijeud-Mali, cette clinique juridique pour jeune offre des services d’assistances juridique et judiciaire, accueille et écoute toutes personnes victimes des violations des droits au Mali ou abus des droits.

    « Ne disposons pas de fonds spécifiques, mais nous essayons à notre niveau de leur expliquer les démarches qu’il faut mener dans leur procédure. Si d’aventure le problème d’un jeune nous dépasse, nous le conduisons chez nos partenaires techniques (la Misahel, Cndh, Amdh Avocat, magistrat, etc.). Et nous l’assistons du début jusqu’à la fin de sa procédure. » A confiée la responsable de la clinique juridique pour jeunes.

    Avant d’insister que les services de la clinique juridique sont gratuits et que la structure est ouverte à tout le monde.

    Moussa Mallé SISSOKO

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce