Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Semaine de l’intégration africaine : FECAM met le focus sur la femme africaine

mercredi 29 mai 2019

Dans le cadre des festivités de la semaine de l’intégration africaine, la fédération des communautés Africaines au Mali (FECAM) en partenariat avec le ministère en charge de l’intégration africaine du Mali a organisé deux évènements à l’endroit des femmes du 26 au 27 mai 2019 au Musée Muso Kunda à Korofina Nord. A savoir : un atelier de formation en décoration évènementiel à l’endroit de 100 femmes dont 5 par communauté, et 8 femmes au concours de tresse et coiffure.

L’objectif est de permettre aux femmes d’exceller dans le domaine et de donner le goût à d’autres pour embrasser ce secteur porteur. Il s’agissait aussi, d’aider les femmes à s’autofinancer.

La cérémonie d’ouverture de ces activités qui rentrent dans le cadre précis de l’autonomisation de la femme a été présidée par Mohamed Ag Ahmedou, représentant du ministre de l’intégration africaine. C’était en présence de Adama Soro, 1er vice-président de la FECAM ainsi que de nombreuses femmes dans les différentes communautés. Elle a été accompagnée par une prestation musicale et du tambour de la fanfare.

« Nous plaçons ces évènements sous le signe de la fierté. Cette année, l’Union Africaine a élevé le Chef de l’Etat Malien au rang de champion de l’Union Africaine sur les arts, la culture et le patrimoine », a déclaré Mohamed Ag Ahmedou. Avant de souligner l’attachement de notre pays à l’unité africaine dans notre ADN. Il a remercié la FECAM de mettre l’évènement sous le focus de la célébration de la femme africaine qui cristallise toutes les douleurs en lien avec le thème de cette année qu’il a jugé important.

Composée de plus de 20 communautés, selon son vice-président, la FECAM existe depuis plus de 15 ans. Elle soutient toutes les actions initiées par toutes les structures et organisations qui militent pour l’intégration des africains et de la femme. D’où son combat pour vaincre l’imaginaire et les méfaits contre les femmes voire contre les africains.

« Si jadis, toute autorité et responsabilité étaient laissées à l’homme, aujourd’hui les charges sont partagées car la femme, ayant pris conscience du rôle qu’elle doit jouer, se présente comme incontournable dans la vie de chaque jour », a-t-il fait savoir.

La FECAM recommande aux dirigeants de nos pays, quel que soit le niveau, de faire une priorité l’orientation des filles dans le domaine de l’apprentissage des métiers. Elle sollicite qu’un programme de formation nationale aux métiers pour les femmes et les filles soit mise en place par le gouvernement à travers le ministère de l’intégration africaine. Aussi, que les partenaires appuient les structures qui s’occupent des femmes et filles en vue de les permettre de mieux encadrer celle-ci.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.