Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Sécurité au Mali : Une contribution du Gouvernement Japonais saluée par IBK

vendredi 30 juin 2017

Le gouvernement du Japon vient de mettre à la disposition du Gouvernement malien 22 véhicules 4x4, 18 motos Yamaha (15 motos de liaison et 3 motos d’Escort) et 22 radios GPS portables, le tout d’une valeur d’environ 2 milliards de FCFA, pour renforcer les services de sécurité.

Le 22 juin 2017, Daisuke Kuroki, Ambassadeur du Japon au Mali, a remis les clefs des véhicules à Ibrahim Boubacar Keita, Président de la République du Mali, au cours d’une cérémonie à Koulouba.

« Au nom du Peuple et du Gouvernement Japonais, je remets les clefs à la disposition du Président de la République du Mali ». C’est en ces termes que Daisuke Kuroki, Ambassadeur du Japon au Mali, s’est exprimé lors de la remise des clefs à IBK.

Après avoir fait la revue des véhicules stationnés dans la cour du Palais présidentiel de Koulouba, en compagnie de l’Ambassadeur du Japon, Ibrahima Boubacar Keita, Président du Mali, a estimé que le don japonais était conséquent et pertinent, en ce sens qu’il répond à des besoins maliens.

« Aujourd’hui, par ce geste, le Japon vient nous aider pour l’équipement de nos forces de sécurités, notamment la police et la protection civile », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que ces véhicules de reconnaissances et ces motos pourront aider la police malienne à mettre fin aux incivilités dans la circulation.

« Les incivilités participent de nos soucis de la sécurité routière au Mali. Et, il est temps que chacun comprenne la nécessité de respecter les règles de sécurité sur nos routes », a-t-il déclaré. Avant de saluer ce geste du Japon, un pays ami du Mali qui a l’habitude de poser des actes qui répondent aux besoins du Mali.

Selon l’ambassadeur du Japon, ces équipements sécuritaires entre dans le cadre du Programme de développement économique et social, un programme conçu pour aider le Mali dans ses efforts de consolidation de la sécurité. Selon, lui ce programme est financé par la coopération financière non-remboursable

Il a annoncé que la première phase de ce programme porte sur la somme de 1 milliards 750 millions de FCFA. Il a précisé que les 3 véhicules Toyota Prado Station Wagon, les 4 véhicules Pick up double cabine, 15 véhicules Pick up cabine unique, les 15 motos Yamaha de liaison, les 3 motos Yamaha pour escorte et les 22 radios GPS portables, font partie d’un premier lot de la phase 1 du programme.

« Tous ces équipements faciliteront la mobilité chez les agents des 16 commissariats de police du District de Bamako et du Ministère de la sécurité et de la Protection civile, et augmenteront largement leurs capacités opérationnelles », a indiqué l’Ambassadeur du Japon.

Il a néanmoins dit que la phase 2 de ce programme d’un montant de 2,6 milliards de FCFA a été déjà signée le 16 mars 2017.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques