Version imprimable de cet article Version imprimable | |

SIAMA : La 2ème édition se déroulera du 7 au 21 novembre 2019

mardi 22 octobre 2019

Le samedi 19 octobre 2019, Nina Walet Intalou, ministre de l’Artisanat et du Tourisme, a présidé la cérémonie de lancement de la 2ème édition du Salon International de l’Artisanat du Mali (SIAMA). Il se tiendra du 7 au 21 novembre 2019 au parc des expositions de Bamako, sous le haut patronage du Président de la République. Ce grand évènement a comme pays invité d’honneur, le Sénégal.

Cette 2ème édition qui a pour thème « accès de artisans aux marchés publics, facteur de développement du secteur de l’artisanat et de réduction de la pauvreté », a été organisée par l’Assemblée Pérennante du Chambre des Métiers du Mali (l’APCMM) et les Organisations professionnelles des Artisans (OPA), en partenariat avec le Ministère de l’Artisanat et du Tourisme. La cérémonie de lancement a enregistré la présence de Mamadou Minkoro Traoré, président de l’APCMM et du directeur général de Orange Mali.

Durant ces 5 jours, seront animées des thématiques relatives à l’accès des artisans aux marchés, au financement, à la protection sociale, à la formation professionnelle, à la promotion commerciale et au développement durable.

Les pays membres du Comité de Coordination pour le développement et la Promotion de l’Artisanat Africain (CODEPA) sont invités à ce Salon, à savoir : l’Algérie, le Benin, le Burkina Faso, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal, et le Togo.

Le SIAMA disposera de 9 Pavillons, de 500 stands climatisés, 84 stands bâtis et plus 100 stands aménagés.

Selon Mamadou Minkoro Traoré, président de l’APCMM, le SIAMA permet de se faire une idée du savoir-faire des artisanes et des artisans de toutes les régions du Mali, avec la participation de tous les professionnels de trois groupes d’artisanat, que sont : artisanat de production ou de transformation, artisanat de services, artisanat d’art. Et, ce en plus de 8 branches d’activités : agroalimentaire, mines et carrières, construction et bâtiment, métaux et construction métallique, mécanique, électromécanique, électricité et petites activités de transport, bois et assimilés, mobiliers et ameublement, textile, habillement, cuir et peaux, audiovisuel, communication, hygiène et soins corporels, artisanat d’art et décoration. En fin, de 40 corps de métiers repartis à plus de 400 stands.

« Nous-nous engageons à relever le défi de la commande publique. En effet, nous resterons confiants quant à nos capacités de fournir des produits artisanaux de qualité à même de satisfaire les besoins de la consommation », a-t-il déclaré. Avant de souhaiter que les différentes administrations publiques et les services parapublics renforcent leur confiance aux artisans. Il a ajouté que leur ambition est de favoriser davantage le développement de notre économie nationale, à travers l’artisanat.

Le président de l’APCMM a indiqué qu’il est prévu lors de ce salon, l’organisation de différents prix pour récompenser, notamment le meilleur talent des femmes et des jeunes artisans. Pour dire que le SIAMA est aussi l’occasion de la tenue des conférences débats sur des questions de développement de l’artisanat.

De son coté, Mme le ministre de l’Artisanat et du Tourisme dira que le SIAMA, c’est la renaissance du riche patrimoine artisanal malien sur des fondations solidement bâties. « Forts d’un savoir-faire artisanal, nos artisans franchissent, certes, chaque jour, un pas vers la modernité, mais un effort doit être toujours fait, tout à la fois sur la créativité contemporaine et finition des objets, tout en s’adaptant au tant que faire se peut, au goût de nos visiteurs et de nos clients extérieurs », a-t-elle souhaité.

Elle a précisé que leur ambition est de faire du secteur de l’artisanat un fleuron vital du développement économique, social, et culturel de notre pays. Cela est fort bien envisageable quand on sait que plus de 46% de la population active sont des artisans, et qu’en 2015, le secteur de l’artisanat versait au trésor public près de 30 milliards de FCFA d’impôts et de taxes et contribuait à plus de 12,5 milliards de FCFA aux recettes d’exportations. A cet effet, elle a invité les artisanes et les artisans à faire preuve de clairvoyance pour s’approprier de cet espace. Avant de saluer et remercier Orange Mali pour son accompagnement.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.