| |

Réseau Kya : Une table ronde pour édifier les acteurs culturels sur les possibilités de financements au Mali

vendredi 15 juillet 2022

« Amener les acteurs culturels maliens à mobiliser d’avantage de ressources pour le financement de leurs activités de promotion de la culture malienne », est l’objectif global que le Réseau Kya à assigner l’organisation d’une table ronde sur le thème : « Les mécanismes de financement innovants et créatifs pour le secteur culturel malien : enjeux et perspectifs ».

Le 15 juillet 2022, sur initiative du Réseau Kya, le Palais de la Culture Amadou Hampathé Ba a abrité une table ronde qui a réuni l’écosystème des bailleurs, mécènes et Institutions d’aide à la culture au Mali et les membres des faitières de la culture malienne que sont : Le Réseau Kya, la Fédération des artistes du Mali (FEDAMA) et l’Union des associations des artistes, des producteurs et des éditeurs du Mali (UAAPREM. 

La table ronde placée sous le thème « « Les mécanismes de financement innovants et créatifs pour le secteur culturel malien : enjeux et perspectifs », a enregistré la participation des représentants de plusieurs structures intervenant au Mali dans le financement de la culture. Ce sont : les représentants de l’Union Européenne au Mali, les représentants de la Coopération Suisse, les représentants de GIZ-Donko ni Maaya, les représentants du Fonds Maaya, le représentant du Fonds africain pour la culture (ACF), le coordinateur du projet AWA et les représentants de la Fondation Orange-Mali.

Pendant la table ronde, chacune des structures de financement est intervenue pour présenter son dispositif d’intervention au Mali, afin que les artistes et acteurs culturels soient édifiés sur les procédures à suivre pour pouvoir prétendre à leurs financements pour la conduite de leurs activités.

En sa qualité de Présidente du Réseau Kya, Mama Koné a rappelé que cette organisation culturelle a été créée en février 2010 à Ségou, avec la ferme volonté de mettre en place un espace de réflexion et d’analyse des difficultés et défis du secteur culturel malien afin d’y trouver des solutions durables, de mener des actions de réseautage, de plaidoyer et lobbying. Selon elle, le nouveau programme du Réseau Kya a pour objectif principal de contribuer fortement à la professionnalisation du secteur culturel malien à travers.

Pour cela, elle dira que le Réseau Kya veut travailler à un soutien au développement de compétences des acteurs et entrepreneurs culturels notamment, en encourageant l’entreprenariat féminin. Elle a aussi indiqué que sa structure compte se donner les moyens pour la mise en synergie de l’écosystème des bailleurs, mécènes et institutions d’aide à la culture nationale et internationale pour un financement plus accessible, adapté et efficace au profit des acteurs et organisations du secteur créatif malien.

Toujours dans le cadre du nouveau programme du Réseau Kya, Mama Koné a indiqué que des réflexions profondes sont en cours pour la création d’opportunités d’accès aux marchés nationaux et internationaux. Et, mieux, elle dira que toutes les dispositions sont prises pour promouvoir les relations et les partenariats avec les autres faitières du Mali, et d’ailleurs…

Pour ce qui concerne l’organisation de cette table Ronde, la Présidente du Réseau Kya dira que c’est avec une grande conscience de l’importance de la culture pour un pays comme le Mali que cette première rencontre d’échanges entre l’écosystème des bailleurs, mécènes et institutions d’aide à la culture au Mali et les faitières de la culture malienne, a été organisée. Selon elle, la culture a toujours été essentielle pour notre société. « Notre pays, le Mali regorge d’un bon gisement culturel qui constitue l’un des socles pour son développement », a-t-elle déclaré.

Et, pour cela, elle a estimé que des actions comme celles-ci sont primordiales pour les acteurs culturels. « Elle nous garantit une meilleure collaboration future avec les bailleurs présents au Mali et permet également à ces derniers de mieux adapter leurs mécanismes de financements à nos besoins », a-t-elle indiqué. Avant de profiter de cet espace pour dire merci à tous les partenaires qui soutiennent la promotion de la culture malienne. Elle a aussi tenu à dire merci à tous les partenaires qui ont acceptés malgré leurs multiples préoccupations de participer à la Table Ronde, qu’elle considère comme un espace de partage d’expériences, des dispositifs de financement existants, et des perspectives à venir.

Qui pour sauver les acteurs culturels maliens ?

Héritière de grands empires, il est général admis par les experts que le Mali bénéficie d’un fort potentiel culturel. Exploitée et mise en valeur, la culture malienne pourrait contribuer de façon notable au développement accéléré du pays. Hélas, le Mali peine à avoir la bonne stratégie pour tirer le meilleur profit de ce potentiel dont il bénéficie.

De l’indépendance à nos jours, l’état malien n’est jamais parvenu à consacrer une part conséquente de son budget au secteur culturel. Jusqu’à une époque récente, la part du secteur culturel malien dans le budget nation n’atteignait par les 1 %. Dans un tel contexte, l’on peut sans risque de se tromper dire que n’eut été le talent des artistes et acteurs culturels maliens, l’action culturelle serait l’ombre d’elle-même au Mali.

Soucieux de la présence du Mali dans le concert des nations et sur la scène internationale, des artistes et des acteurs culturels maliens, contre vents et marées, ont décidé de ramer à contre-courant de la grande timidité avec laquelle les différents gouvernements traitent le secteur culturel. A part, les grandes déclarations, rien de concret n’est entrepris par les pouvoirs publics pour la promotion d’un espace favorable à l’éclosion de véritables industries culturelles qui pourraient aider à renflouer les caisses de l’état et à offrir de l’emploi à des millions de jeunes maliens.

Dans tous les cas, en attendant que l’Etat veuille s’assumer, des artistes et des acteurs culturels qui ont compris que leur salut passe par leur professionnalisation ont décidé de prendre le taureau par les cornes.

Et, aujourd’hui, l’une des organisations qui fait la fierté de la culture malienne, est bien le Réseau Kya, crée en février 2010 à Ségou. Les pères fondateurs de ce Réseau l’ont mis sur pied, avec « la volonté de mettre en place un espace de réflexion et d’analyse des difficultés et défis du secteur culturel malien afin d’y trouver des solutions durables, de mener des actions de réseautage, de plaidoyer et lobbying ».

Et, l’organisation de cette table ronde, illustre s’il en était besoin, l’engagement du Réseau Kya et ses membres à installer le secteur culturel malien dans une véritable industrie, afin que les acteurs et l’état tire le meilleur profit du potentiel existent dans le pays.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav