Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Rentrée littéraire du Mali : Bamako, Djenné et Tombouctou s’apprêtent à accueillir l’évènement du 17 au 24 février 2018

dimanche 21 janvier 2018

Pour les 10 ans de la rentrée littéraire du Mali, les organisateurs et initiateurs ont lancé une invitation à célébrer le lien, à travers le thème : « L’Humanité est un lien ». En plus de Bamako, l’évènement qui aura lieu cette année à Djenné et Tombouctou, était le mardi 16 janvier 2018, au centre dune conférence de presse à la Maison de la presse de Bamako.

Ibrahim Aya, Directeur de Le Fonds des Prix littéraires du Mali, structure organisatrice de la rentrée littéraire du Mali, a indiqué que pour les 10 ans de la Rentrée littéraire, ce sont au moins 50 auteurs des 5 continents qui sont attendus à Bamako. Selon lui, cette année, l’invité spécial sera le célèbre musicien ivoirien Alpha Blondy, qui anime une émission littéraire su sa radio où il fait des lectures de livres à hautes voix.

En plus des activités traditionnelles que sont les rencontres/dédicaces, les cafés littéraires, les conférences, débats et tables rondes, Ibrahim Aya a indiqué que cette année l’évènement va enregistrer l’organisation d’une exposition placée sous la responsabilité du Commissaire Chab Touré. Il a aussi indiqué que Ismael Samba Traoré des Editions la Sahélienne va conduire un plaidoyer exceptionnel pour le livre au Mali.

Le Commissaire de l’exposition Amadou Chab Touré, a indiqué que cette exposition va célébrer les 10 ans de la Rentrée littéraire du Mali à travers des visuels. Il a annoncé quatre grandes expositions.

Une exposition sur la diversité des auteurs maliens au cours de laquelle, il prévoit de faire revisiter la longue liste de tous ceux qui ont contribué par leurs écris au foisonnement d’une littérature malienne.
La deuxième exposition sera consacrée, selon lui à revisiter tout ce qui s’est passé pendant les 10 ans de l’évènement. Il a précisé que cette exposition se fera à travers des grands formats sur les lieux qui vont accueillir les manifestations dans le cadre de cette édition.

La troisième exposition, selon lui portera sur les fleuves et va regrouper le travail de 19 photographes sur 25 fleuves à travers 131 photographies. Enfin, il a levé le voile sur l’exposition « les murs et les ponts ». Selon lui, cette exposition en relation avec la notion de frontières, va nous montrer que s’il des murs comme frontières, mais de nombreuses frontières sont aussi des ponts. Et, il dira que cette exposition aura lieu au Palais due Culture, au bord du fleuve.

En ce qui concerne le plaidoyer exceptionnel pour le livre, Ismaël Samba Traoré, après avoir indiqué que la Rentrée littéraire fait la fierté du Mali, précisé que le plaidoyer vise à faire l’état des lieu du secteur du livre au Mali et à inviter les différents candidats à l’élection présidentielle, à dire ce qu’il prévoit faire pour le secteur du livre une fois élu.

Il a rappelé que cette expérience n’est pas à son premier coup d’essai. Selon lui, une première expérience a eu lieu en 2012 et aucun candidat n’était prêt, sauf Moussa Mara. « Nous estimons que ce sera un grand moment où les acteurs de la filière livre pourront avoir des réponses à un certains nombre de question qu’ils se posent », a-t-il ajouté.

En sa qualité de Coordinateur technique de l’évènement, Sékou Fofana est intervenu pour présenter les grandes innovations de cette année. Selon lui, la première innovation est l’exposition qui va durer au-delà de la Rentrée littéraire, c’est-à-dire du 17 février au 4 mars 2018. Mieux, il dira que l’évènement va durer cette année une semaine au lieu de 3 ou 4 jours, comme par le passé. Il a aussi annoncé la décentralisation à Djenné et à Tombouctou.

Au titre des partenaires, Mme Maîga Assa Diallo de la Délégation de l’Union européenne, a indiqué que l’Union européenne s’est engagée à soutenir cet évènement parce qu’il fait de Bamako une vitrine de la littérature, en réunissant les écrivains des 5 continents. Elle dira que conformément à son engagement en faveur de la démocratie et de la libre expression, la Délégation de l’Union européenne est dans son rôle en soutenant cet évènement. Elle a salué la délocalisation prévue à Djenné et Tombouctou.

Au nom de la Coopération suisse, un autre partenaire de l’évènement, Isamaïla Allassane a rappelé le traditionnel partenariat qui a toujours lié sa structure à cet évènement. Selon lui, le secteur n’a pas très souvent l’attention des partenaires et c’est pour cela que la coopération suisse est toujours à ses côtés.

Pour le compte de la coopération française, Corinne Michaelli de l’Institut français, a salué et félicité les initiateurs de cet évènement important en faveur de la littérature au Mali. Après avoir rappelé que l’Institut français du Mali est partenaire de cet évènement depuis sa naissance, elle a indiqué que la Rentrée littéraire est un évènement important autour de la pensée et de la littérature.

Nouvel arrivé dans le lot des partenaires de l’évènement, la Coopération espagnole était représentée à cette conférence de presse par Fernando Garcia Boligno. Il a annoncé l’arrivée d’un écrivain espagnol, avec une œuvre qui traite du lien entre le Maroc et l’Espagne et à travers le voyage. Il a aussi indiqué que cet auteur à un ouvrage sur le fleuve Niger.

Représentée par Mme Dicko, la Coopération belge a exprimé tout son engagement à accompagné l’évènement. Quant à Adama Infa de la Sotelma-Malitel, a rappelé qu’il était hors de question que son entreprise qui est au cœur des grands évènements au Mali, ne soit pas avec la rentrée littéraire.

Au nom du ministère de la culture, le Professeur Mamadou Bani Diallo, a estimé que les 10 ans seront une belle occasion pour évaluer le chemin parcouru. Mais, il a dit toute la fierté du département pour cet évènement qui rempli un vide considérable au niveau du Mali.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en