Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Réconciliation au Mali : L’équipe régionale d’appui à la réconciliation du District de Bamako, se dote d’un plan d’action

lundi 2 juillet 2018

Le samedi 26 juin 2018, l’hôtel baobab a abrité l’ouverture des travaux de la session d’élaboration du plan d’action de l’équipe régionale d’appui à la réconciliation du District de Bamako (ERAR). Après celle de Taoudéni, Ménaka, Tombouctou, Gao, Mopti, cette équipe permettra la mise en œuvre de la politique nationale de la réconciliation et de la cohésion sociale.

Présidée par Malado Keita, représentante du ministère en charge de la réconciliation, cette rencontre du 26 et 27 juin 2018 a enregistré la présence de Bamoussa Touré, chef de l’équipe et les représentants des maires du district de Bamako.

Il est à noter que l’équipe régionale du district de Bamako a été créée par décret n°2017-0367/PM-RM du 28 avril 2017 instituant une Mission d’appui à la réconciliation nationale et suivant l’arrêté n°1353 MRN-SG du 17 mai 2017 qui fixe l’organisation et les modalités de fonctionnement de la Mission d’appui à la réconciliation nationale et des équipes régionales. Les membres sont nommés par décision n°0060 MRN-SG du 06 octobre 2017 et sont au nombre de dix, dont deux femmes et des coordinateurs des chefs de quartier reconnus pour leur probité morale et disposant d’une expertise confirmée dans la gestion des affaires locales en matière de paix et de cohésion sociale.

L’équipe a pour mission de contribuer au retour de la paix, à la stabilité et à la cohésion sociale. A cet effet, elle est chargée spécifiquement : informer et sensibiliser les populations sur le processus de paix ; identifier les mécanismes de médiation et de gestion des conflits locaux ; identifier, au niveau local les forces sociales capables d’influer sur le règlement diligent des conflits et de promouvoir les initiatives locales de soutien à la réconciliation.

Bamoussa Touré, dans son mot de bien de bienvenue, a laissé entendre que ces deux jours d’échange consistent à doter l’équipe d’un plan d’action qui doit s’étendre sur vingt-quatre mois soit deux ans.

La repentante du ministère en charge de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale a souligné que cet atelier qui est la suite logique de la formation en planification des ERAR à Bamako, est initié par le Ministère de la Réconciliation nationale et de Cohésion sociale, avec l’appui des Partenaires Techniques et Financiers pour renforcer les capacités opérationnelles des ERAR, et vise à doter les ERAR d’un plan d’action opérationnelle.

L’élaboration de ce plan d’action régional d’après elle, revêt une importance fondamentale dans le processus d’opérationnalisation des ERAR, d’une part et plus généralement, dans la mise en œuvre de la politique nationale de réconciliation et de la cohésion sociale, d’autre part. Il s’agit, au cours de cet atelier, d’identifier les actions prioritaires à entreprendre au cours de deux années, convenir de la période de leur mise en œuvre, des acteurs à impliquer dans cette mise en œuvre ainsi que des moyens à mobiliser pour la réalisation de ces actions.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en