REPRISE DES CLASSES : Les examens se dérouleront dans la deuxième quinzaine d’août

mercredi 10 juin 2020

Le ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, après la reprise des cours suspendus à cause du Covid-19, décide de la tenue des examens de fin d’année dans la deuxième quinzaine du mois d’aout 2020.

Conformément au communiqué du 9 mai dernier, les classes d’examen du fondamental (9ème Année), du secondaire général et technique (12ème Année), du secondaire technique et professionnel (classes du CAP, du BT1 et du BT2) ainsi que celles des instituts de formation des maîtres (IFM), ont ouvert leurs portes le 2 juin 2020 ce, après un break de plus de deux mois dû au Covid 19.

La période allant du 02 juin au 31 juillet 2020 sera mise à profit pour exécuter un programme d’enseignement condensé et destiné aux élèves candidats aux examens du DEF, du baccalauréat, du certificat d’aptitude professionnelle (CAP), des Brevets de technicien niveaux 1 et 2 (BT1 et BT2) et du diplôme de l’Institut de Formation des Maîtres (IFM). Ce programme sera axé sur les matières retenues aux différents examens.

Après l’arrêt des cours en fin juillet, la 1ère quinzaine du mois d’août, selon le ministre Famanta « sera consacrée aux évaluations trimestrielles et aux activités de révision ». Et d’ajouter que l’ensemble des examens se dérouleront dans la deuxième quinzaine du mois d’août 2020.

La réouverture des autres classes, qui ne sont pas des classes d’examen, interviendra dira-t-il, le 1er septembre 2020. Un programme condensé qui priorise les disciplines fondamentales, sera exécuté pendant deux mois (septembre et octobre 2020). Les acquisitions pédagogiques durant ces deux mois seront évaluées. Les résultats de ces évaluations et de celles du premier trimestre seront pris en compte pour déterminer les moyennes de passage en classe supérieure.

Le démarrage de l’année scolaire 2020-2021 est programmé pour la deuxième quinzaine de novembre 2020 avec un réajustement des programmes d’enseignement afin de tenir compte des deux dernières années scolaires à faible temps réel d’apprentissage.

« Que valent toutes ces dispositions et mesures sus-indiquées si les enseignants, qui sont les principaux acteurs, ne reprennent pas le chemin de l’école ? », s’interroge le ministre. Occasion pour lui, de lancer un cri de cœur à l’ensemble des enseignants et particulièrement aux militants des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016, communément appelés « la Synergie », de faire violence sur eux-mêmes et d’accepter les nouvelles propositions du Gouvernement relatives à l’application de l’article 39 de la Loi n°2018-007 du 16 janvier 2018 et de revendiquer au besoin en étant en classe.

Pour la réouverture de ces classes d’examen, toutes les mesures de prévention de la pandémie sont observées.

Mohamed Keita
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav