Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Protection des Aide-ménagères : Le GRADEM forme des acteurs à la maîtrise des 5 Normes de la participation des enfants et des adolescents

mercredi 7 octobre 2020

Dans le cadre de l’exécution de son projet « Action de Soutien à la Protection des droits de l’enfant particulièrement des jeunes filles aide-ménagères », le Groupe de Recherche Action Droit de l’Enfant (GRADEM) a organisé deux jours de formation du 1er au 2 octobre 2020. Pour le renforcement des capacités de 20 leaders des 10 associations partenaires de la commune IV sur les 5 normes de pratique générale relative à la participation des enfants et des adolescents dans des activités qui les concernent.

Cela permettra aux jeunes filles aide-ménagères de connaitre leurs droits, de participer à la négociation de leur embauche, en ce qui concerne la détermination des tâches, la fixation du salaire, la garde du salaire et la fixation du jour de repos et les conditions d’hébergement (loger chez l’employeur ou la grande logeuse). Aussi, d’amener les participants à mieux comprendre la notion de participation, les normes de participation et à mieux maitriser les processus. De comprendre les barrières et les blocages de la participation pouvant intervenir durant l’animation et ceux liés à l’exécution des tâches de tous les jours dans les espaces d’éducation.

Les 5 Normes de la participation des enfants et des adolescents

L’un des principaux objectifs de cette formation est d’expliquer aux participants, les 5 normes pour la participation de jeunes filles aide-ménagères dans des activités qui des concernent.

Ils sont entre autres :
• Les enfants reçoivent des informations transparentes et adaptées et sont traités avec honnêteté (les enfants sont informés de actions leurs concernant),
• La participation des enfants et des adolescents est volontaire, (liberté de participer et de se retirer à tout moment),
• La participation des enfants et des adolescents est respectueuses (les actions de participation n’interfèrent pas avec les activités scolaires et ne répercutent pas excessivement sur le temps libre des enfants et des adolescents),
• La participation des enfants et des adolescents est importante et pertinente (la participation des enfants et des adolescents leur permet de tirer parti de nouvelles connaissances, compétences et continue directement à leur épanouissement de manière positive,
• Les personnes responsables des activités auxquelles participent les enfants et les adolescents ont reçu une formation appropriée.

Salif Sanogo, participant, souligne qu’il s’agit pour eux de comprendre d’avantage les droits et les devoirs des jeunes files aide-ménagères. De prendre en compte leurs préoccupations, tout en favorisant leur implication dans la vie quotidienne. Et en retour, de les transmettre ce qu’ils ont appris durant ces deux jours.

Mme Diakité, Awa Kamissoko, présidente de l’association Lawassaton de Djicoroni Para, a salué l’initiative et a remercié GRADEM pour son combat à défendre les droits des jeunes aide-ménagères. Elle estime important d’impliquer les enfants, plus particulièrement les jeunes filles aide-ménagères à participer à ses droits et devoirs. Cela leur permettra de faire face à certaines difficultés rencontrées dans leur lieu de travail.

Pour, Antoine Akplogan, directeur exécutif du Groupe de Recherche Action Droit de l’Enfant (GRADEM), président en exercice de la Coalition Malienne des Droits de l’Enfant (COMADE), l’objectif est d’accompagner la société civile qui est en collaboration avec le GRADEM pour la protection des jeunes filles aide-ménagères. A ce qu’elles prennent part aux activités qui sont organisé à leur intention. Il a indiqué que cette année, ils ont enregistré 5411 jeunes fille aide-ménagères qui sont accompagnées par ces leaders.

« Nous attendons que ces leaders arrivent à intégrer dans leur pratique de tous les jours, les normes de participation des enfants, particulièrement les jeunes filles aide-ménagères au sein de leur quartier. En somme cette initiative vise à augmenter leur capacité en matière de protection des droits de l’enfant », a-t-il déclaré.

Bintou Coulibaly

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav