• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Promotion du cinéma malien : le CNCM se dote d’un budget de 1 496 298 000FCFA

    mardi 10 avril 2018 , par Assane Koné

    Andogoly Guindo, secrétaire général du ministère de la culture a présidé le vendredi 6 avril 2018, l’ouverture des travaux de la 25èmesession ordinaire du conseil d’administration du centre national de la cinématographie du Mali (CNCM). C’était en présence de Moussa Diabaté, directeur général du CNCM et des administrateurs.

    Le secrétaire général du ministère de la culture a souligné que cette session se tient à un moment où le cinéma malien est à un tournant décisif de son histoire. Selon lui, c’est un moment où, malgré les vicissitudes du temps, l’espoir d’une ère nouvelle est plus que jamais permis. Il a ajouté que c’est un moment crucial où l’industrie de l’image dans notre pays tient désormais son destin en main.

    Il a indiqué que l’année 2017 aura été riche en évènement, mais le plus marquant est sans doute l’adoption par l’Assemblée nationale, à l’unanimité des députés présents, de la loi portant création du fonds d’appui à l’industrie cinématographie. Selon lui ce fonds va démarrer avec une dotation initiale de 6 milliards de FCFA. Avant de révéler que c’est une première dans l’histoire du cinéma malien et dans la sous-région.

    Il faut noter que la création de ce fonds est une initiative du Chef de l’Etat. Cette volonté maintes fois exprimée par le Présidant de la République, de redonner au cinéma malien son lustre d’antan et sa vision de la culture dira M. Andogoly, répond à une forte attente des acteurs du secteur. Plus qu’une évolution, à ses dires, la création de ce fonds marquera une véritable révolution du secteur. Car, selon lui, il permettra d’augmenter considérablement la production nationale, de renforcer sa compétitivité au plan régional, voire mondial, de promouvoir les valeurs sociétales et l’identité culturelle maliennes, de développer les infrastructures du cinéma. Il servira ainsi de rampe de lancement pour un nouveau type d’exploitation et de diffusion et contribuera substantiellement et durablement au développement d’une économie de la culture dans notre pays. Pour cela, il dit merci au Chef de l’Etat et à son gouvernement pour cette action salvatrice.

    Il faut noter que la tenue de cette session entre dans le cadre du fonctionnement régulier de l’établissement, et donne l’occasion, non seulement d’apprécier le bilan de l’exercice écoulé mais, elle permettra d’adopter le programme d’activités pour 2018, ainsi que le budget y affèrent.

    M. Guindo a indiqué qu’au terme de l’exercice 2018, malgré quelques difficultés, des résultats encourageants ont été atteints. Car elle a vu la réalisation de la plupart des activités inscrites au programme. Ainsi, le CNCM a participé au FESPACO 2017 d’où, il est revenu avec des résultats forts encourageants.

    Dans le cadre de la mise en œuvre du plan d‘action, selon lui, le CNCM a acquis un important lot de matériels de production de haute qualité dont la performance a été appréciée avec la réalisation du film CHEYTAN de Assane Kouyaté. Ce qui montre que la structure est aujourd’hui dans les facultés pour soutenir simultanément, et de façon autonome, trois productions d’envergures grâce à ce matériel de la technologie de pointe. Il dira que ces réalisations ont été possibles grâce aux efforts du personnel du CNCM, mais aussi grâce aux efforts des partenaires. Cependant, l’arbre de doit pas cacher la forêt. “Il faut reconnaitre que beaucoup reste à faire, tant les défis à réaliser sont tout aussi nombreux qu’impératifs », a-t-il déclaré. Pour ce faire, selon lui, la direction générale du CNCM doit faire preuve d’esprit d’inventivité et d’innovation.

    Il a indiqué que, pour l’année 2018, le CNCM entend multiplier ses partenariats en vue de la réalisation d’un programme volontaire. Dans cette perspective, il a annoncé que Bamako accueillera cette année, le festival EURAAFRICLAP. Au-delà, il s’agit pour le CNCM d’accentuer la formation au profit des jeunes cinéastes maliens et de garder le cap de la politique d’amélioration des conditions d’archivage par la restauration et la numérisation. Aussi l’examen du programme d’activités 2018 révèle également l’ambition du CNCM de consolider les acquis, mais de créer les conditions pour un rendement meilleur.

    « Le budget 2018 répond aux objectifs du programme d’activités ». À ses dires il est arrêté en recette et en dépense à la somme de 1 496 298 000FCFA, contre une somme de 1 460 614 000FCFA en 2017. Face à cette augmentation des ressources financières, comparativement à l’exercice écoulé, notamment la subvention de l’Etat, il a exhorté la direction générale et tout le personnel à tout mettre en œuvre pour l’atteinte des objectifs.

    Au cours de cette session les administrateurs ont examiné, en vue de leur adoption, le compte rendu de la 24ème session du conseil d’administration, le point d’exécution des recommandations issues de ladite session, le rapport d’activités et le budget au 31 décembre 2017, les projets de programme d’activités et de budget pour l’exercice 2018.

    Bintou COULIBALY

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce