Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Promotion de la photographie : Bamako a désormais son inter-biennale photographique

mardi 4 décembre 2018

Bamako s’apprête à abriter du 6 décembre 2018 au 17 janvier 2019, la Première édition de l’inter-biennale photographique, dénommée « Phot’Art Mali ». L’évènement était le 30 novembre 2018, au centre d’une conférence de presse organisée à la Maison de la photographie par le réseau des photographes du Mali.

Capitale africaine de la photographie, Bamako aura bientôt chaque année un grand évènement photographique. Désormais, entre deux éditions de la biennale africaine de la photographie, Bamako va abriter la « phot’Art Mali », dont la première édition aura lieu du 6 décembre 2018 au 17 janvier 2019.

Les Associations, Groupements et Collectifs de photographes maliens et maliennes ont décidé de prendre leurs destinées en main. Regroupés dans le réseau des photographes du Mali, ils ont décidé de démontrer leur unité retrouvée à travers l’organisation d’une manifestation à dimension nationale, pourquoi pas internationale : « Phot’Art Mali ». « Le mois de la photo ‘’inter-biennale photographique’’, dénommée Phot’Art Mali vise à relancer les activités photographiques pendant la période d’entre deux biennales photographiques (les Rencontres de Bamako) », indique les organisateurs dans leur communiqué de presse.

Mais, cette manifestation est perçue par ses initiateurs comme une initiative qui pourra remédier au manque de formation adéquate et d’espace de promotion des photographes maliens qui peinent à se positionner en grand nombreux dans l’exposition des Rencontres de Bamako.

« Phot’Art Mali se propose de maintenir le dynamisme, d’occuper les photographes maliens durant la période d’entre deux biennales, en leur offrant un espace de travail et d’échanges entre eux photographes d’une part, et entre eux, les étudiants et le grand public d’autre part, de sorte à créer une connexion entre tous les acteurs du secteur de la photographie », indique le Communiqué publié pour la circonstance. Avant de préciser que cette activité va constituer un tremplin, un palliatif qui permettra à la nouvelle génération de photographes maliens de s’imprégner des rudiments de l’art photographique nécessaire à leur promotion, de les outiller afin qu’ils puissent assimiler les techniques de traitement des concepts et thématiques des concours et grandes rencontres photographiques. « Phot’Art Mali comblera un grand vide qui constitue l’épine dorsale du secteur photographique malien, le manque de formation et de promotion des photographes et permettra aux photographes de capitaliser ses acquis en vue des Rencontres futures », précise le communiqué.

Pour cette première édition, les organisateurs ont annoncé que la cérémonie d’ouverture aura lieu le 6 décembre 2018, en présence de nombreux officiels et professionnels de la photographie du Mali et de la France.

Pour la mise en œuvre de cette manifestation, les organisateurs ont prévu un concours photographique à chaque édition. Pour cette première édition de l’inter-biennale photographique du Mali, la thématique est laissée au choix des artistes. Et, 3 prix ont été prévus pour récompenser les meilleures œuvres. Le Premier prix va porter le nom de Adama Kouyaté. Monstre de la photographie malienne, Adama Kouyaté est présenté comme un photographe historique qui fit son apprentissage en 1947 à Bamako chez les pionniers de la photographie que sont Bakary Doumbia et Pierre Garnier, le « maître blanc » des photographes de l’Afrique de l’Ouest.

« Les 2ème et 3 prix porteront respectivement le nom du sponsor officiel et du deuxième sponsor officiel », indique le Communiqué, qui précise que les prix seront parrainés par des structures en charge de la photo et les galeries. Mieux, il y est indiqué que les noms des trophées changeront en fonction de chaque édition de sorte à rendre hommage à tous ceux qui ont hissé haut le flambeau de la photographie malienne.

Pour cela, il est indiqué que chaque année, un jury de 7 personnes est choisi par le Comité d’organisation. « Les membres du jury reçoivent tous les dossiers sous formes anonyme. Chaque membre de jury choisit ses quinze dossiers et renvoient sa sélection au Comité d’Organisation. Le Comité annonce les lauréats sur le site web de Phot’Art Mali et sur la page Facebook, et envoie une lettre d’invitation à tous les lauréats », nous indique le Communiqué de presse. Avant de préciser que pour cette édition, Phot’Art a reçu 40 dossiers de candidatures, soit 896 photographies, qui ont été soumis au jury constitué de : Françoise Huguier (photographe française), Lassana Igo Diarra (Galerie Médina), Fatoumata Diabaté (Photographe et présidente de l’Association des femmes photographes du Mali), Harandane Dicko (Photographe), Mohamed Camara (Photographe), Oumar Kamara ‘Professeur d’histoire de l’art à l’Université de Bamako) et Tidiane Sangaré (Directeur général de la Maison africaine de la Photographie).

Et, pour cette première édition, parmi les 40 photographes, le jury a retenu 15 photographes. Ce sont : Kani Sissoko (Bamako), Mahamadou Issiaka Tounkara (Bamako), Moussa Kalapo (Bamako), Zoumana Sidibé (Bamako), Bandjougou Kouyaté (Koulikoro), Bakary Koné ( Bamako), Fatoma Coulibaly (Bamako), Oumou Traoré (Bamako), Abdoul Karim Diallo (Bamako), Aboubacar Traoré (Bamako), Moussa Samaké (Kati), Sadia Fofana (Bamako), Maouloud Tandina (Tombouctou), Lamine Sall (Bamako) et Samuel Dembélé (Bamako).

Du 6 décembre 2018 au 17 janvier 2019, Bamako vibrera au rythme de la photographie. D’ores et déjà, l’on peut retenir que du 6 au 12 décembre 2018, les photographes seront exposés à la Galerie Médina. Du 12 au 19 décembre 2018, l’exposition sera du côté de la Maison africaine de la photographie. Du 20 au 26 décembre 2018, l’exposition sera présentée au Centre de Formation photographique de Bamako. Le Palais de la culture reçoit l’exposition du 27 décembre 2018 au 2 janvier 2019. Du 3 au 9 janvier 2018, les bamakois pourront voir l’exposition dans des lieux ciblés à Bamako, notamment à la Mairie de la Commune II, le Centre de détenus de Bolée, la Tour de l’Afrique et le grand marché de Bamako. Enfin, la boucle sera bouclée du 10 au 17 janvier 2018, par l’Institut français qui va recevoir cette exposition.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques