Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Promotion de la paix et la stabilité par les arts au Mali et au Burkina Faso : « Les Pinceaux de l’Intégration » lancé à Bamako

jeudi 24 janvier 2019

Dans le but de favoriser le brassage entre la jeunesse africaine à travers les arts visuels par des échanges artistiques et interculturels, trois associations culturelles de l’Afrique de l’Ouest, ont initié le Projet « Les Pinceaux de l’Intégration ». Cette initiative culturelle qui vise à faire des arts visuels un vecteur important dans la recherche de la stabilité et de l’équilibre sociale, a été lancée le 24 janvier 2019, au Centre Soleil d’Afrique.

« Le Projet ‘’Les Pinceaux de l’Intégration’’ sera mis en œuvre dans deux pays frontaliers d’Afrique (Mali et Burkina Faso). Le Mali et le Burkina Faso, sont deux pays frères, en proie à des conflits intercommunautaires de tous genres et exposés à d’autres crises sociales », a indiqué Hama Goro, Directeur du Centre Soleil d’Afrique, qui doit assurer la mise en œuvre du Projet « Les Pinceaux de l’Intégration », en partenariat avec la Galerie Médina du Mali et l’Atelier Afrique en Couleurs-SARL du Burkina Faso.

Selon Hama Goro, ce projet vise à réunir les artistes du Mali et du Burkina Faso autour d’un programme d’activités favorisant le dialogue interculturel, la diversité culturelle et le respect de la dignité humaine. Avant de préciser que le projet se déroulera en 3 phases. Il a annoncé l’organisation d’une résidence d’artistes dans chacun des deux pays. Il a aussi indiqué qu’une Caravane d’intégration régionale, composées d’experts de l’art, des professeurs, des journalistes et d’acteurs culturels, dans le cadre de ce projet, va parcourir 6 grandes villes du Mali et du Burkina Faso ( Ouagadougou, Koudougou, Bobo-Dioulasso, Bougouni, Ségou et Bamako) pour organiser des expositions d’œuvres artistiques dans des espaces publics ouverts. Mais, aussi pour y organiser des animations culturelles avec des musiciens, des comédiens et des humoristes. Enfin, dans le cadre de ce projet, il a annoncé l’organisation d’un Symposium atelier à Bamako, courant novembre 2019.

Hama Goro a indiqué que le Projet d’un montant global de 69 723,09 Euro, a bénéficié d’un financement de 53 416, 09 Euro de Culture at Work Africa, dans le cadre d’un appel à projet, cofinancé par l’Union européenne et soutenu par des structures comme : inter orts, Bozar, International Music Council, Culture et Développement, UCLG, CERAV, Arterial Network, etc.

En plus de faire des arts visuels un vecteur important dans la recherche de la stabilité et de l’équilibre sociale, Hama Goro a indiqué que le Projet va contribuer au renforcement des échanges artistiques et interculturels entre le Mali et le Burkina ; favoriser le brassage entre la jeunesse africaine ; créer une saine émulation pour l’émergence de la femme dans les métiers de l’art ; sensibiliser pour une meilleure prise de conscience de l’impact de l’art dans l’équilibre socio-économique des pays Africains ; développer les arts visuels contemporains, pas seulement du point de vu esthétique, mais aussi comme moyens de communication en Afrique ; contribuer à l’ouverture des frontières entre les pays Africains ; encourager la pratique du métier des arts visuels par les femmes en Afrique.

Pour sa part Ahoua Yameogo, de l’Atelier Afrique en Couleurs-SARL du Burkina Faso, est intervenue pour mettre un accent sur les aspects innovants de ce projet. Selon elle, c’est pour la première fois qu’une caravane purement artistique va réunir les artistes du Burkina Faso et du Mali autour d’un front commun : La promotion de la paix et la stabilité par les arts. Elle a aussi indiqué qu’il faille retenir la participation massive des femmes dans les activités d’arts visuels au Mali et au Burkina Faso, dans le cadre de ce projet. Elle a aussi mis un accent sur le fait ce projet permettra de sortir les expositions des lieux traditionnels, pour aller à la rencontre du grand public dans des espaces ouverts.

En attendant, Hama Goro a annoncé que le Projet « les pinceaux d’intégration » sera mis en œuvre du décembre 2018 au 31 décembre 2019, soit 13 mois. Selon lui, après une rencontre préparatoire de mise en œuvre des activités et le lancement officiel du projet à Bamako, il est prévu de faire un appel à candidature pour la sélection des artistes du Mali, et du Burkina Faso pour les ateliers de Résidence, en la du fin du mois de Février – début avril 2019. Selon lui, les ateliers de résidence seront organisés au Mali de la fin du mois de juin au début du mois de Juillet 2019. En ce qui concerne l’atelier de Résidence du Burkina Faso (Ouagadougou), c’est la période de Juillet – août 2019, qui a été retenue. Ensuite, la Caravane va partir de Ouagadougou courant 2019, pour prendre fin à Bamako, où le projet va prendre fin par un symposium en novembre 2019.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de