Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Promotion de la culture malienne : Des acteurs culturels maliens à l’école de l’industrie culturelle

samedi 10 novembre 2018

Dans le souci d’améliorer les connaissances et les compétences professionnelles des responsables de l’administration centrale et déconcentrée et des acteurs culturels privés dans les industries culturelles, le Ministère de la culture, à travers la Direction nationale de l’action culturelle (DNAC) a organisé du 5 au 7 novembre 2018, un atelier sur le thème : « Management de la Connaissance dans les industries culturelles ».

« L’atelier de formation en Management de la Connaissance dans les industries culturelles…est un pan de notre compréhension du développement de la culture qui ne va pas sans formation continue », a indiqué Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la culture. Selon elle, cet atelier s’inscrit dans un processus de renforcement de capacités des agents de la Direction nationale de l’Action Culturelle, des directeurs régionaux, des encadreurs et des promoteurs de spectacles du monde de la culture.

En ce qui concerne le thème « Management de la Connaissance dans les Industries Culturelles », Mme le ministre a estimé que bien qu’il soit d’actualité, il peu paraître inaccessible. « Dans un monde en proie à la globalisation qui favorise une forte concurrence dans le domaine de la culture et dans une réalité dominée par l’information et ses nouvelles technologies, il est impératif pour nous, Maliens, d’appréhender les défis liés à la connaissance et à l’information », a-t-elle déclaré. Avant d’estimer que la thématique choisie est hautement stratégique et vise à créer un réseau d’acteurs maîtrisant les enjeux et les outils liés à la gestion de la connaissance dans les entreprises et les organisations culturelles

« Qui dit stratégie, dit anticipation et qui dit anticipation, dit forcement détection du signal faible au niveau de l’information qui est transformé en avantage concurrentiel par la gestion de la connaissance organisationnelle », a-t-elle conseillé.
Pour être précise Mme le ministre a indiqué que l’atelier vise à améliorer les compétences professionnelles des responsables de l’administration centrale et déconcentrée et des acteurs culturels privés pour une meilleure maîtrise de leur environnement dans les industries culturelles, en un mot, préparer les acteurs du domaine et nos partenaires vers une professionnalisation du secteur.
Pendant 3 jours, 48 participants ont été édifiés à travers 5 modules : maîtrise de l’environnement, management de la connaissance organisationnelle, marketing culturel, montage d’une entreprise culturelle et le leadership.

A l’issue des 3 jours de formation les participants ont formulé une série de recommandations en rapport avec l’Institutionnel, les ressources humaines, les infrastructures, le financement et la promotion.

En ce qui concerne le volet Institutionnel, les participants ont demandé de procéder à l’évaluation du Document cadre de la Politique Culturelle et son plan d’action ; et de promouvoir et vulgariser la Convention de 2005 de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Ils ont aussi demandé de procéder à une large diffusion des textes législatifs et règlementaires régissant la Culture et les secteurs connexes, d’accélérer la relecture du Cadre Organique de la DNAC et des Directions Régionales de la Culture (DRC) et de créer les conditions d’une intégration dans l’environnement communautaire (UEMOA, CEDEAO).

Quand au volet Ressources Humaines, les participants ont demandé la mise à la disposition de la DNAC et les DRC des ressources humaines qualifiées et de renforcer les capacités professionnelles du personnel de la DNAC, des DRC et des Acteurs culturels. Il a aussi été recommandé de multiplier les stages de formation, les voyages d’étude à l’intention des Acteurs Culturels et de favoriser et multiplier la création des Centres de Formation aux métiers des industries culturelles et veiller à l’adéquation formation/emplois. Enfin, les participants ont demandé de développer l’éducation artistique et culturelle au niveau de tous les ordres d’enseignement et d’appuyer et renforcer les structures de formations existantes.

Dans le domaine des infrastructures, les participants ont souhaité l’accélération de la réalisation des infrastructures conformément au programme de relance des activités culturelles et d’accélérer le processus de dévolution des infrastructures culturelles.

Par rapport au financement, les participants ont demandé de mener un plaidoyer pour l’augmentation du budget alloué au département de la culture et d’encourager la création d’un Fonds d’appui à la création artistique et culturelle. Ils ont aussi souhaité de développer le partenariat public-privé, les collectivités, les ONG, les PTF, la coopération décentralisée, le Mécénat et de renforcer la synergie d’action au niveau des institutions.

Enfin, dans le domaine de la promotion, les participants on recommandé d’assurer la qualité de la chaine des valeurs, des biens et services culturels et de renforcer le système de collecte, de traitement et de diffusion des données statistiques.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques