Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Programme National pour la culture de la Paix : Le ministère de la Réconciliation organise une table ronde des bailleurs de Fonds

jeudi 15 février 2018

« Le Programme National pour la Paix vise essentiellement à asseoir durablement une culture de la paix et de la non-violence entre les communautés au Mali, offrir des outils nouveaux d’anticipation, de prévention et d’éradication des menaces conflictuelles afin de donner la chance et les moyens à chaque citoyen de contribuer à la stabilité et au développement harmonieux du Mali ». La déclaration a été faite, le 15 février 2018, par Attaher Ag Ikinan, secrétaire général du Ministère de la Réconciliation nationale et de la Cohésion Sociale. C’était lors de l’ouverture de la Table ronde des bailleurs de Fonds sur le Programme national pour la culture de la paix, à l’hôtel Salam.

Le ministère de la réconciliation nationale et de la Cohésion sociale a organisé le 15 février 2018, la Table ronde des bailleurs de fonds sur le programme national pour la culture de la paix.

« Le Mali a été confronté durant ces dernières années à une crise multidimensionnelle, ébranlant les fondements de la Nation malienne et l’unité du pays », a indiqué Hervé Huot-Marchand, Représentant de l’UNESCO au Mali. Avant d’ajouter que l’UNESCO est consciente des efforts que le Gouvernement, et tout le peuple du Mali, ont déployé par la participation massive et inclusive de toutes les couches sociales à la Signature de l’Accord de Paix et de Réconciliation nationale, en mai et juin 2015, pour pérenniser la Paix nationale.

Il dira que c’est dans l’état d’esprit de cet accord que l’idée d’un Programme national est née pour répondre aux exigences d’une paix durable, comme recommandé par la Conférence Générale de l’UNESCO tenue fin 2015.

« Ce Programme National pour la Culture de la Paix (PNCP) au Mali, a été élaboré dans une démarche participative, inclusive et multisectorielle, pour asseoir durablement une Culture de la paix au Mali, en mettant l’accent sur 3 piliers fondamentaux, qui sont : la valorisation des pratiques interculturelles ; l’éducation et la formation formelle et non formelle, et, de manière transversale, le renforcement de la société civile et du rôle des femmes et des jeunes », a-t-il déclaré.

Mieux, il dira que ce programme est bien un programme du Gouvernement du Mali, qui contribue pleinement à son « Cadre Stratégique pour la Relance Economique et le Développement Durable » (le CREDD 2016-2018), qui priorise la Paix, la Sécurité et la Réconciliation Nationale dans son axe prioritaire numéro 1. En plus de son inscription au cœur du « Plan Cadre des Nations Unies pour l’Assistance au Développement », il a également mis un accent sur l’accompagnement de l’UNESCO dans son élaboration au côté du Ministère de la Réconciliation nationale.

« Cette « Table-Ronde »est donc une véritable opportunité de réitérer vos engagements, vos soutiens et vos accompagnements au Mali dans le processus de la mise en œuvre du PNCP et pour la Réconciliation nationale », a-t-il lancé aux différents bailleurs. Avant de renouveler l’engagement de l’UNESCO à appuyer le Mali dans l’accomplissement de la mission commune, notamment celle d’édifier des sociétés plus justes, pacifiques et viables en phase avec le Développement durable.

« Cette table ronde s’inscrit dans un cadre de parachèvement d’une action menée conjointement par le Ministère de la Réconciliation Nationale et de la Cohésion Sociale et le bureau UNESCO de Bamako en vue de l’instauration d’une paix durable », a indiqué Attaher Ag Ikinan, secrétaire général du ministère de la Réconciliation nationale et de la cohésion sociale.

Selon lui, le PNCP vise à asseoir durablement une culture la paix et de la non- violence entre les communautés au Mali, offrir des outils nouveaux d’anticipation, de prévention et d’éradication des menaces conflictuelles afin de donner la chance et les moyens à chaque citoyen de contribuer à la stabilité et au développement harmonieux du Mali.

Il dira que ce programme a trois objectifs spécifiques. Ce sont : Développer et promouvoir le dialogue interculturel comme ciment d’une culture de la paix ; développer l’éducation à une culture de la paix à travers l’éducation formelle et non formelle ; et impliquer socialement et politiquement les femmes et les jeunes afin de les autonomiser et faire d’eux des acteurs incontournables de la promotion de la culture de la paix.

Et, comme pour tout programme, la réalisation du PNCP nécessite des ressources importantes à mobiliser pour lesquels les partenaires sont sollicités. « Nous espérons que des engagements seront pris dans ce sens à l’issue de nos travaux », a-t-il indiqué. Avant de déclarer qu’investir dans la culture de la paix ne serait jamais de trop et investir dans la culture de la paix au Mali, c’est investir dans la culture de la paix en Afrique et dans la Monde.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques