| |

Professionnalisation et structuration des industries culturelles et créatives en Afrique : L’ « ACF ACADEMY » est là

vendredi 2 juillet 2021

Dans le but de pallier au manque de professionnalisation et de structuration dans le secteur des industries culturelles et créatives en Afrique, Le Fonds Africain pour la Culture (ACF) a procédé le 2 juillet 2021, au lancement de son Projet « ACF ACADEMY ».

« A travers le dispositif ACF ACADEMY, le Fonds africain pour la Culture mettra en place un programme d’incubation et d’accompagnement de jeunes artistes d’arts visuels et managers culturels, autour de 5 pôles d’excellence artistique et culturels dans toutes les régions de l’Afrique : Afrique du Nord (Tunisie), Afrique Centrale (Cameroun), Afrique de l’Ouest (Mali) ; Afrique du Sud (Mozambique), Afrique de l’Est (Seychelles et Kenya) », a indiqué Mamou Daffé, Président du Conseil d’administration de l’ACF.

Selon lui, « la phase pilote du projet (2021-2022), d’une durée de 18 mois, réunira 40 jeunes artistes plasticiens et managers culturels dont 50% de femmes, sélectionnées à l’issue d’une procédure rigoureuse et sélective pour intégrer le programme en vue de renforcer leurs capacités techniques, de créativité et de compétitivité ».

Pour cette cérémonie de lancement, Mamou Daffé avait à ses côtés l’artiste plasticien Abdoulaye Konaté, artiste contributeur de l’ACF, Rachel Sommer Traoré, en charge du programme Culture du Bureau de la coopération suisse au Mali et Daouda Keita, représentant du Ministre de la Culture et non moins Directeur général du Musée national du Mali.

Mamou Daffé a précisé que le projet ACF ACADEMY émane des missions du Fonds Africain pour la Culture (ACF), dont les 3 axes stratégiques prioritaires sont : le développement des compétences, la création et la production artistique et l’accès aux marchés internationaux.

Il a rappelé que la part de l’Afrique dans la production et le commerce mondial des biens et services culturels reste très faible et des contraintes accrues pèsent sur la création et l’écoulement des produits artistiques mais aussi sur les conditions de leur production. Et, ce malgré qu’il soit établi qu’il existe en Afrique des talents et des créateurs de fort potentiel.

Et, comme seul le talent ne suffit plus, Mamou Daffé a estimé que « la plupart des jeunes artistes et entrepreneurs culturels, surtout les femmes du secteur culturel, ont de plus en plus besoin de soutien dans le processus de développement de leur créativité et dans le processus de leur professionnalisation ».

Selon lui, c’est en vu « de pallier le manque de professionnalisation et de structuration dans le secteur des industries culturelles et créatives en Afrique, en particulier pour les femmes, ACF ACADEMY fruit de longues réflexions est lancé ».

Il a indiqué que l’initiative a pour objectif de contribuer au renforcement de la créativité et de la compétitivité des jeunes artistes plasticiens et managers culturels africains. Pour ce faire, le projet va renforcer les capacités en management culturel de 15 jeunes artistes plasticiens dont 50% de femmes ; et renforcer les capacités de créativité et de compétitivité de 25 managers culturels dont 50% de femmes.

En plus de renforcer les capacités d’offres des cinq structures partenaires de mise en œuvre du projet, il devra favoriser l’éclosion et la mise sur le marché des œuvres de jeunes artistes africains.

Il a ensuite levé le voile sur les cibles du projet. Ce sont : les artistes plasticiens africains ; les professionnels du secteur des arts visuels (galeristes, chercheurs, critiques d’arts, collectionneurs, commissaires d’expositions, etc.) ; les acteurs culturels (entreprises culturelles et numériques, galeries d’arts, centres culturels, organisations culturelles et artistiques, etc.) ; les entreprises d’exploitation et d’organisation d’expositions d’arts en Afrique ; les industries culturelles, créatives et numériques de musiques en Afrique ; et les artistes plasticiens de la Diaspora africaine.

« Le programme de la 1ère Cohorte ACF-ACADEMY s’adresse à 40 participants d’Afrique Occidentale et Septentrionale ; et s’articule autour de deux volets », a-t-il déclaré.

Selon lui, le premier volet qui porte sur le Management culturel aura lieu à Ségou. Se volet va porter sur la dispensation de 4 modules. Ce sont : le marketing des produits culturels et créatifs, la communication événementielle, la gestion et structuration des entreprises culturelles et Fundraising d’Arts. « Durant ce boot camp les formations de 15 lauréats seront élargies à un supplément de 10 artistes et acteurs culturels d’Afrique de l’Ouest, soit un total de 25 participants », a-t-il déclaré.

Le deuxième volet qui porte sur « les Visual Arts training », aura lieu à Tunis. « Ce sera des ateliers thématiques itinérants sur les arts visuels principalement, puis dans les deux structures partenaires de mise en œuvre du projet, encadrés par les critiques d’art, les grands artistes d’art contemporains du continent et d’ailleurs qui vont suivre également les stagiaires durant les 18 mois du programme », a-t-il indiqué. Avant d’annoncer que « les formations de 10 lauréats seront élargies à 5 artistes visuels de plus, venant de l’Afrique du Nord, soit un total de 15 participants ».

Par rapport à la certification, Mamou Daffé dira que « les programmes ACF ACADEMY seront certifiés par l’Institut Kôrè des Arts et Métiers (IKAM) au Mali ». Il faut préciser que l’institut Kôrè des Arts et Métiers, sis à Ségou est un institut de formation accrédité au système LMD, spécialisé dans la formation en entrepreneuriat culturel, autant en présentiel qu’en e-learning.

« Les participants bénéficieront d’un Certificat d’Aptitude Professionnel appelé Kôrè-Qualité à l’issue des formations ACF ACADEMY, les dotant des compétences nécessaires à la professionnalisation de leur métier dans les filières Arts Visuels et Management Culturel », a-t-il ajouté. Avant d’annoncer que l’ACF ACADEMY dispose d’un levier de motivation et de performance encourageant les meilleurs lauréats du programme à s’inscrire à l’IKAM en Licence/ Master pour acquérir et certifier leurs compétences grâce à un titre reconnu dans l’univers académique.

Pour sa part, Daouda Keita, Directeur général du Musée national du Mali, représentant monsieur le Ministre de la culture à la cérémonie, salué les partenaires de la cohorte 1 de ACF ACADEMY que sont : Coopération Suisse, African Culture Fund, Fondation Doen, Institut Kôrè des Arts et Métiers (IKAM).

Il a surtout mis un accent particulier sur cette belle initiative qui vient combler un vide sur le continent africain ; et qui sera à coup sûr très bénéfique pour l’installation des pays africains dans une industrialisation culturelle.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Réactions

  • Bonjour,
    Très interessant de lire le resumé d’un tel programme qui donne une visibilité aux artistes créateurs.
    En tant qu’organisation culturelle nous aimerions participer aux ateliers pouvant aboutir à des prédocuments de réflexion.
    Afrik Performm Group
    Coordonateur

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav